Press "Enter" to skip to content

Evergreen: un cas d’école du fanatisme progressiste

Que s’est-il passé?

Printemps 2017, Evergreen State College (État de Washington). Le professeur de biologie Bret Weinstein, qui se déclare «profondément progressiste», refuse de participer à une «Journée d’absence» au cours de laquelle «les étudiants, le personnel et les professeurs blancs sont invités à quitter le campus». Weinstein s’y oppose en écrivant dans un email que «sur un campus universitaire, le droit de s’exprimer – ou d’être présent – ne doit jamais être fondé sur la couleur de la peau». En réponse, une foule en colère d’une cinquantaine d’étudiants perturbe son cours, l’entoure, le qualifie de raciste et demande sa démission…

Trois ans après, le point de vue de Bret Weinstein

nous avons vécu une sorte d’avant-première du chaos qui venait. Evergreen est aujourd’hui partout! Les mêmes dynamiques révolutionnaires sont visibles dans les rues, et pas seulement celles des États-Unis: en Europe, en Australie! C’est un moment très intéressant, mais j’ai le sentiment que les leçons d’Evergreen ont été gâchées. Si nous avions compris qu’il ne s’agissait pas d’une aberration mais d’un avant-goût du présent, nous n’aurions pas permis que notre civilisation s’amuse à jouer avec de nouvelles formes de racisme, camouflées en lutte contre l’injustice.

J’ai dit tout de suite que ce n’était pas seulement une crise de la liberté d’expression et que cela ne resterait pas limité aux campus, mais que le phénomène déborderait dans le secteur technologique, dans les structures d’État, dans toutes les institutions. J’avais raison mais j’ai été surpris par la rapidité avec laquelle c’est arrivé. La difficulté, en 2017, était de convaincre les gens qu’il ne s’agissait pas seulement d’étudiants en train de faire du bruit. Certains d’entre nous en étaient conscients. On a essayé de sonner l’alarme. Mais les gens qui n’ont pas été confrontés personnellement à ce défi idéologique, ne voient pas à quel point il est sérieux et le sous-estiment. C’est une erreur. Même si les arguments sont pauvres, le pouvoir stratégique de ce mouvement est extrêmement important.

Bret Weinstein, «Tant qu’on n’affronte pas la gauche “woke”, on ignore combien elle est dangereuse», Grand entretien avec Laure Mandeville dans Le Figaro, vendredi 18 décembre 2020 p. 19.

Une vidéo sur le Youtube francophone

Le youtubeur français « Sanglier sympa » a contribué à faire connaître l’affaire sur le web francophone avec sa synthèse de diverses vidéos sur Evergreen publiée sur youtube en 2019, mais il ne prétend pas à l’objectivité: il est donc important de consulter d’autres sources pour comprendre ce qui s’est passé.

Des articles de presse

The New York Times (site web), jeudi 1er juin 2017
«When the Left Turns on Its Own», par Bari Weiss (en anglais)

The New York Times (site web), samedi 3 juin 2017
«These Campus Inquisitions Must Stop», par Frank Bruni (en anglais)

Le Point (site web), mardi 6 juin 2017
«États-Unis – Bret Weinstein, le prof progressiste accusé de racisme» par Thomas Mahler
Pour s’être interrogé sur le bien-fondé d’une journée excluant les Blancs de son campus, un professeur de biologie fait l’objet d’une chasse aux sorcières.

Le Monde, samedi 1er septembre 2018, p. 17
«Philip Roth et la culture tribale», chronique de Michel Guerrin
«Tout ce que Roth a prophétisé dans La Tache est, vingt ans plus tard, sous nos yeux». Introduire la notion d’appropriation culturelle dans le monde de l’art, c’est oublier qu’une œuvre digne de ce nom se doit d’être indomptable, estime, dans sa chronique, Michel Guerrin, rédacteur en chef au Monde.

Le Point n°2440, jeudi 6 juin 2019, p. 13-14
«Quand l’université devient tribunal», par Peggy Sastre
Aux États-Unis, des étudiants en mal de victimisation font trembler les enseignants. Comment transmettre son savoir dans ces conditions ?

La Tribune de Genève (site internet), mercredi 10 juillet 2019
«Une vidéo raconte les dérives idéologiques d’une université américaine», par Marianne Grosjean
Sous couvert d’antiracisme, le campus Evergreen a instauré un régime de la terreur discriminant les Blancs.

Le Journal de Montréal, mardi 24 septembre 2019, p. 8
«Quand la gauche devient folle», par Joseph Facal
Il se passe un drôle de phénomène à gauche.

Le Point n°2465, jeudi 21 novembre 2019, p. 48-50 et 52
«Quand les étudiants jouent les maîtres censeurs», par Marion Cocquet et Clément Pétreault
Idéologues. Les atteintes à la liberté d’expression se multiplient dans les facs. Enquête.

Le Figaro (site web), jeudi 17 décembre 2020
«Tant qu’on n’affronte pas la gauche “woke”, on ignore combien elle est dangereuse». Grand entretien de Bret Weinstein avec Laure Mandeville.
Bret Weinstein est un professeur de biologie et théoricien de l’évolution américain. En 2017, il a dû démissionner de l’université d’Evergreen où il enseignait, après s’être opposé à une journée interdite aux blancs. Pour la première fois, il s’exprime dans un média français pour alerter sur la gauche «woke», cette gauche américaine adepte de la politique identitaire qui pratique la chasse aux sorcières et veut faire taire toute parole dissidente au nom d’un antiracisme devenu fou.

Marianne (site web), vendredi 18 décembre 2020
«“Se soumettre ou être détruit”: le témoignage d’un chercheur américain victime du mouvement woke à l’université d’Evergreen»

Des vidéos en anglais

  • Bret Weinstein témoigne au Congrès américain sur les émeutes de l’Université d’Evergreen, sur la liberté d’expression et sur les “safe spaces” (en anglais):
  • Mike Nayna, «Evergreen Trilogy»: Série de trois vidéos sur l’expérience de Bret Weinstein et de sa femme Heather Heying à l’Evergreen State College (en anglais):
  • «The Most Insane Equity Meeting Ever Filmed»: Entretien avec Mike Nayna sur la «scène du canoë» (en anglais):

Quelques textes à lire pour prendre du recul

Pour la science (site web), vendredi 29 septembre 2017
«Les fâcheuses retombées du post-modernisme à l’Université», par Michael Shermer
L’affaire de l’Université Evergreen, aux Etats-Unis, a mis en lumière qu’une partie des étudiants et universitaires, principalement issus des sciences sociales, s’opposent parfois par la violence au débat. Comment en est-on arrivé là ?

France Culture, «Le Tour du monde des idées», vendredi 16 novembre 2018
«Safe spaces: des étudiants qui ne supportent plus la contradiction», par Brice Couturier
La nouvelle vague intolérante des campus nord-américains.

Le Monde diplomatique n°785, août 2019, p. 6-7
«La gauche cannibale, un syndrome universitaire», par Rick Fantasia
Les universités américaines sont devenues les bastions privilégiés d’une analyse identitaire de la société. Les conflits ordinaires qui y surgissent sont donc souvent interprétés comme l’expression de telle ou telle domination. Avec le risque que les étudiants imaginent pouvoir lutter pour la justice sociale sans quitter leur campus.

Webographie sur Evergreen

Article «Evergreen State College» sur Wikipedia (en français)

Article «Bret Weinstein» sur Wikipedia (en français)

Comments are closed.