Press "Enter" to skip to content

«“Apartheid en Israël”? La colère de citoyens juifs et des vrais antiracistes »

[Tribune parue dans L’Express, no. 3659, jeudi 19 août 2021, p. 66]

LES JUIFS ET VRAIS ANTIRACISTES sont en colère.

En colère contre les médias qui prennent leurs désirs pour des réalités.

Le 6 juillet 2021, Libération a publié un énième manifeste antisioniste, signé par la clique des obsédés que l’existence de l’Etat hébreu empêche de dormir. Celui-ci est signé par un « collectif de 1000 personnalités reconnues », reconnues par Libération comme « israélophobiquement » correctes, dans un but officiel: « Pour que 2021 soit l’année de la fin de l’apartheid en Israël ». Le désir des signataires n’est surtout pas que l’apartheid, qui n’existe que dans leur imaginaire, cesse, mais qu’Israël disparaisse.

La réalité d’Israël, c’est une démocratie enviée par une bonne partie des habitants de tous les pays arabo-musulmans. En Israël, les citoyens ont tous les mêmes droits. Le gouvernement actuel est constitué d’une coalition dont un parti se réclamant des Frères musulmans, interdits dans presque tous les pays arabes.

La réalité d’Israël, c’est que les juifs, présents sans discontinuer sur cette terre depuis près de trois mille ans, se sont libérés, en 1948, des colonisations et des persécutions islamiques (mille quatre cents ans) et britannique (vingt-huit ans). La réalité, c’est que les islamistes refusent qu’une terre conquise par l’Islam puisse se libérer. Selon la charia, les juifs ne sont que des « dhimmis », des êtres inférieurs, et on ne négocie pas avec les dhimmis!

Nous sommes en colère contre les intellectuels qui n’utilisent pas leur intellect.

Les pires ennemis des juifs sont ceux qui croient leur légitimité garantie par des étiquettes séduisantes: « droits de l’homme », « droit international », « antiracisme », « cause palestinienne », « suprémacisme juif »… Ils agglomèrent les haines et les frustrations autour d’un bouc émissaire, le même depuis près de deux mille ans. Douze juifs ont été tués en France parce que juifs depuis 2003.

Ces « intellectuels » savent-ils qu’au cours des dix dernières années le nombre d’étudiants arabes inscrits dans les universités israéliennes a augmenté de 78%? Pourquoi s’inscrivent-ils dans les universités israéliennes, alors que la Cisjordanie dispose d’une quarantaine d’universités, instituts, centres de recherche, etc.? Combien de juifs israéliens y sont-ils étudiants? Zéro! Interdits de séjour, les juifs!

Ces intellectuels veulent ignorer les propos du fondateur de Human Rights Watch, qui a choisi d’en démissionner:

« L’organisation avait perdu toute perspective critique sur les événements au Moyen-Orient: la région est peuplée de régimes autoritaires dont le bilan en matière de droits de l’homme est épouvantable. Pourtant, ces dernières années, Human Rights Watch a émis beaucoup plus de condamnations d’Israël pour des violations du droit international que contre tout autre pays de la région. »

Si ces « intellectuels » étaient vraiment contre l’apartheid, ils le condamneraient partout.

Oui, l’apartheid, le vrai, existe, mais aux portes d’Israël, dans les entités palestiniennes Judenrein (purifiées de juifs) de Gaza et de Cisjordanie. Et quand par mégarde ils y entrent, ils sont kidnappés ou lynchés à mort. L’actuel président de l’Autorité palestinienne a déclaré à la télévision officielle: « La mosquée al-Aqsa et l’église du Saint-Sépulcre sont à nous. Elles ne sont qu’à nous et ils n’ont pas le droit de les souiller avec leurs pieds répugnants. » Ou encore, utilisant en arabe indifféremment les termes « juif » et « Israélien »: « Nous ne verrons pas la présence d’un seul Israélien – civil ou soldat – sur notre territoire… »

Si ces « antisionistes » étaient honnêtes…

… Ils manifesteraient contre la dictature d’Abbas à Ramallah et de Sinwar à Gaza, ils soutiendraient le peuple palestinien qui souffre de la corruption et de la dictature de ses dirigeants, lesquels se font soigner, eux-mêmes ou leur famille, dans les hôpitaux de « l’apartheid israélien ».

… Ils auraient dénoncé le récent assassinat de sang-froid de Nizar Banat, seul opposant à Mahmoud Abbas, par les tortionnaires de sa police politique.

… Ils rougiraient en se reconnaissant dans les propos du visionnaire Vladimir Jankélévitch: « L’antisionisme est l’antisémitisme justifié, mis enfin à la portée de tous. Il est la permission d’être démocratiquement antisémite. Et si les juifs étaient eux-mêmes des nazis? Ce serait merveilleux. »

Mais, honnêtes, ils ne le sont point, ils sont juste antisionistes…

Les signataires: Yana Grinshpun (linguiste et analyste du discours, maître de conférences) ,Liliane Messika (écrivain, traductrice), Alexandre Feigenbaum (chercheur, président de Dhimmi Watch), Jean-Pierre Lledo (cinéaste, écrivain), Beate Klarsfeld (chasseuse de nazis et d’antisémites), Serge Klarsfeld (chasseur de nazis et d’antisémites), Arno Klarsfeld (avocat), Evgeny Kissin (musicien), Elie Chouraqui (cinéaste), Ziva Postec (monteuse, chef monteuse notamment du film Shoah), Pierre-Henri Tavoillot (philosophe), Pierre Jourde (écrivain), Günther Jikeli (historien et sociologue)…

La tribune complète et la liste des signataires sur https://www.lexpress.fr/actualite/idees-et-debats/tribune-sur-l-apartheid-en-israel-la-colere-de-citoyens-juifs-et-des-vrais-antiracistes_2156349.html

Comments are closed.