Press "Enter" to skip to content

Des militants raciaux infiltrés dans l’appareil d’État

[par Ivar Arpi, traduit du suédois par l’Observatoire. L’original peut être trouvé ici: https://ivararpi.substack.com/p/rasaktivisterna-som-infiltrerar-statsapparaten]


Le conseil administratif du comté de Stockholm se prête à une idéologie extrême qui ignore les faits. L’idée se répand dans tout le pays. Il est grand temps de mobiliser la résistance. 

« Il n’y a pas de victoire finale, ni de défaite finale. C’est juste la même vieille bataille qui doit être menée encore et encore. C’est si dur pour toi. » C’est à peu près ce qu’a dit le politicien travailliste Tony Benn. J’ai pensé à ses paroles après avoir pris part à un débat sur Studio Ett hier [une chaîne de radio publique], à l’occasion de la présentation par le Conseil du comté de Stockholm du rapport White Privilege and Discrimination – Processes that Perpetuate Racial Inequalities in the Labour Market.

Lorsque j’ai commencé à aborder ces questions dans les colonnes des journaux il y a dix ans, un débat public animé était en cours. Aujourd’hui, beaucoup de ceux qui ont participé à l’époque se sont tus. Où sont-ils allés ? Nombre d’entre eux sont allés travailler dans des agences gouvernementales, des municipalités, des entreprises, des partis politiques, ont occupé des postes dans des universités, ont créé des cabinets de conseil ou autres. Maintenant que les problèmes refont surface, ils sont financés, par exemple, par le conseil administratif du comté de Stockholm. Il y a dix ans, en tant qu’éditorialiste suppléant, si je rencontrais quelqu’un, c’était généralement un autre débatteur dans une situation similaire. Aujourd’hui, ceux contre qui j’ai débattu sont devenus des acteurs du pouvoir dans l’appareil d’État. La longue marche vers les institutions se poursuit. Les missions d’enquête sont confiées à des chercheurs dont on sait qu’ils ont la bonne analyse. Lorsque le rapport est publié, on fait venir quelqu’un pour exprimer des critiques pendant quelques minutes, puis les propositions du rapport sont mises en œuvre. Mes adversaires en matière de politique identitaire sont souvent des professeurs, des recteurs d’université, des hauts fonctionnaires, des directeurs généraux ou des ministres. Cela en dit long sur l’influence de leurs idées. 

Je suis un journaliste indépendant. Cela en dit long sur qui détient le plus de pouvoir, même si je suis souvent amené à représenter la « structure », selon la dramaturgie proposée.

L’un des auteurs du rapport, Martin Wolgast, est directeur associé du département de psychologie de l’université de Lund. Son co-auteur, Sima Ajdahi Wolgast, est maître de conférences au même département. Le conseil administratif du comté de Stockholm est chargé de coordonner la mission du gouvernement visant à développer l’action des conseils administratifs du comté contre le racisme sur le marché du travail, en mettant également l’accent sur les « normes restrictives autour de la couleur de la peau ». Ce rapport donne donc un avant-goût de ce que l’on peut attendre des conseils de comté du pays. 

Les recommandations de Martin et Sima Wolgast sont d’une grande portée : 

* Les statistiques publiques devraient être collectées en fonction de la race et de l’ethnicité. 
* Des sanctions accrues pour les employeurs qui ne prennent pas en compte la discrimination de manière adéquate. 
* Les employeurs devraient être tenus de : « Identifier et traiter systématiquement les disparités salariales, et promouvoir une représentation égale dans les différents types d’emplois et dans les postes de direction, devrait être étendu pour inclure le motif de discrimination « origine nationale ou ethnique, couleur ou autre statut similaire ». »

En fait, il convient maintenant d’établir ce que ce rapport n’est pas. Ce n’est pas la réponse à la question de savoir s’il y a du racisme ou de la discrimination sur le marché du travail suédois. Lors du débat avec moi au Studio Ett, Martin Wolgast a été clair à ce sujet : « Le point de départ de ce rapport n’a pas été de discuter de l’existence d’une discrimination sur le marché du travail, mais d’essayer de mieux comprendre comment elle se produit. »

Il s’agit presque mot pour mot d’une citation traduite d’un discours que les activistes universitaires Heather Bruce, Robin DiAngelo, Gyda Swaney (Salish) et Amie Thurber ont donné en 2015 à la Conférence nationale sur la race et la pédagogie à l’Université de Puget Sound :  » La question n’est pas « Le racisme a-t-il eu lieu ? »  » car il faut le supposer,  » mais plutôt « Comment le racisme s’est-il manifesté dans cette situation ? » « .

En d’autres termes, la réponse est claire d’avance : le marché du travail suédois a un problème racial. La seule question est de savoir comment elle se manifeste. 

Il n’est peut-être pas étonnant que Wolgast ait constamment ignoré les recherches antérieures qui mettent en retrait la discrimination structurelle à l’encontre des personnes racialisées plutôt qu’en avant. Le Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PIAAC) est l’équivalent pour les adultes du test PISA. Il mesure les compétences en lecture et en calcul des adultes âgés de 16 à 65 ans et est réalisé par l’OCDE. Tant le rapport final de l’examen à long terme (SOU 2015:104) que l’OCDE concluent, dans leurs analyses des résultats, que les différences d’emploi entre les personnes nées dans le pays et celles nées à l’étranger s’expliquent entièrement par les différences de niveau de compétences. Même en contrôlant les variables de base, on ne trouve aucune preuve de discrimination ethnique.

L’important n’est pas qui vous êtes, mais ce que vous pouvez faire. Cette conclusion s’applique indépendamment de la tranche d’âge ou de l’origine. En fait, une proportion légèrement plus élevée de personnes nées à l’étranger (54 %) que de personnes nées dans le pays (49 %) et possédant de bonnes compétences occupe un emploi nécessitant une formation supérieure. En moyenne, la différence entre les personnes nées dans le pays et celles nées à l’étranger est de 54 points pour les compétences en lecture et de 56 points pour les compétences en calcul. En ce qui concerne les compétences en lecture, les personnes nées à l’étranger en Suède ont des résultats moyens inférieurs à ceux du groupe correspondant dans l’OCDE, tandis que les personnes nées en Suède ont de meilleurs résultats en compréhension de l’écrit en moyenne que les personnes nées dans les mêmes pays. La Suède présente le plus grand écart d’alphabétisation entre les personnes nées à l’étranger et les personnes nées dans le pays au sein de l’OCDE.

Le message clé est qu’il n’y a « pas de différences significatives entre les personnes nées à l’étranger et celles nées dans le pays lorsqu’il s’agit d’avoir un emploi, si le niveau de compétences est pris en compte » et, en outre, que « le marché du travail suédois tient principalement compte des compétences des individus et, dans l’ensemble, ne semble pas être caractérisé par une discrimination ethnique ». Les grands problèmes d’emploi rencontrés par les personnes nées à l’étranger s’expliquent par le fait qu’elles sont souvent moins instruites et possèdent moins de compétences recherchées sur le marché du travail.

L’immigration qui est arrivée en Suède ces dernières années était en grande partie constituée de personnes peu qualifiées. En fait, près de la moitié des personnes nées à l’étranger ont un niveau de compétences inférieur à celui des dix pour cent les moins performants des personnes nées dans le pays. Cela explique l’écart d’emploi entre les groupes mieux que les diverses formes de racisme et de xénophobie. Il n’est peut-être pas surprenant que la Suède présente le deuxième écart d’emploi le plus élevé d’Europe entre les personnes nées dans le pays et celles nées à l’étranger (17,7 %). Le déficit de connaissances correspond au déficit d’emploi, semble-t-il. 

Mais qu’en est-il du racisme ?

Une façon de mesurer la xénophobie est de demander aux gens s’ils supportent d’avoir des étrangers comme voisins, comme le font le World Values Survey et le European Values Survey. Mesuré de cette manière, la Suède et le Portugal ont le score le plus bas (3%), tandis que la Turquie a le score le plus élevé (39%). En ce qui concerne la qualité des politiques d’intégration, que le Migrant Integration Policy Index (MIPEX) mesure sur une échelle de 100 points, en utilisant un certain nombre de critères, la Suède est le pays qui a la meilleure politique d’intégration sur le papier, selon l’organisation, tandis que l’Autriche et la Slovaquie sont considérées comme offrant les pires conditions formelles pour les personnes nées à l’étranger. Pourtant, en Slovaquie, les personnes nées à l’étranger ont un taux d’emploi plus élevé que les personnes nées dans le pays. Un écart d’emploi inverse, en d’autres termes.

Est-ce parce que le racisme structurel est pire en Suède qu’en Slovaquie ? Ou est-ce parce qu’il n’y a pratiquement pas de déficit de compétences, tel que mesuré par l’enquête PIAAC, en Slovaquie, et que seuls deux pour cent de la population sont nés à l’étranger ? 

Aucun de ces points n’est abordé dans le rapport de Martin et Sima Wolgast. Ils font référence à une autre étude à long terme (SOU 2019:65), donc ils savent de toute façon comment trouver des études gouvernementales. Mais ils ne mentionnent pas l’étude à long terme qui répond spécifiquement à la question de la discrimination sur le marché du travail suédois. Ils ne mentionnent pas l’OCDE, le PIAAC, le MIPEX, ni aucun des sondages d’opinion sur la xénophobie. Le rapport est cliniquement indemne de tout ce qui contredit leur propre théorie. Aucune donnée gênante ne peut être trouvée sur les 142 pages. Il s’agit d’un rapport rédigé dans un endroit sûr, composée de personnes partageant les mêmes idées.

Quand on veut qu’un cheval se concentre sur l’avant, on lui met des œillères. Une situation similaire semble s’appliquer à la recherche sur le racisme. Vous ne voulez même pas envisager des recherches qui pourraient remettre en cause les vérités sacrées. Vous ne vous demandez pas si quelque chose est vrai, vous avez la réponse toute prête à l’avance.

Quiconque critique les croyances sacrées fait preuve, selon les auteurs du rapport, de « fragilité blanche » (un terme qu’ils ont emprunté à Robin D’Angelo). En tant que personne blanche, vous n’avez qu’un seul choix selon cette façon de voir le monde : accepter la vérité sur votre statut de privilégié, sur le fait que le racisme fonctionne à travers vous et nuit aux autres, et en assumer la responsabilité en changeant de comportement. Ou vous pouvez avoir des opinions, vous opposer, proposer vos propres idées. Alors vous êtes « fragile ». Vous recevez un diagnostic psychiatrique, plutôt que d’être reconnu comme un légitime opposant d’opinion.

Ce n’est pas de la science, mais un piège de Kafka. Vous ne pouvez sortir du piège qu’en acceptant, mais vous êtes en même temps entré dans leur monde. Si vous reconnaissez que vous, et le monde qui vous entoure, êtes imprégnés de structures oppressives, vous devez alors vous engager dans la repentance et la correction. Sans fin. Il n’y a pas de point final dans la lutte contre le raciste qui sommeille en vous, ou contre les injustices de la société. Admettre son propre péché peut sembler être une simple concession, mais il s’agit d’une conversion qui requiert votre âme.

La volonté d’aller au-delà de la couleur de la peau, pour voir l’humanité commune, est appelée « racisme aveugle à la couleur ». L’antiracisme d’hier est considéré comme du racisme par (ceux qui se disent) antiracistes aujourd’hui.

L’érudit Wolgast défend plutôt une façon totalitaire de voir le monde. La réponse est claire d’avance. La vérité est déjà révélée. Reste à la mettre en œuvre. Ne demandez pas si, mais comment. Les Blancs doivent se taire, hocher la tête en signe d’approbation, et quiconque ne s’y conforme pas fait preuve d’une fragilité pathologique. Le fait que le conseil du comté de Stockholm s’y prête est un petit scandale, mais il n’est malheureusement pas le seul. Elle se répand.

Enfin, je veux sortir du rôle descriptif que j’ai en tant que journaliste. Que pouvons-nous faire ? Ne laissez pas cette idéologie prendre le contrôle de votre lieu de travail, ne laissez pas ces commissaires politiques prendre le contrôle de l’université, de l’entreprise ou de l’autorité pour laquelle vous travaillez. Recherchez des personnes partageant les mêmes idées, participez à des réunions de groupe, siégez dans des conseils d’administration, faites des demandes. Leur arme principale est la peur de la majorité. Comme l’a dit un jour le syndicaliste Joe Hill : ne faites pas votre deuil, organisez-vous.

Comments are closed.