Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Débat sur le genre : point de vue d’un biologiste

Interview du zoologue et biologiste de l’évolution Axel Meyer parue le 20 juillet 2022 dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung (Am Ende kommen immer Männchen und Weibchen heraus)

Biologie et débat sur le genre :
À la fin, on retrouve toujours des mâles et des femelles

Que pouvons-nous apprendre sur le sexe et le genre chez l’homme à partir de la répartition des sexes chez les animaux et les plantes ? C’est ce qu’explique le biologiste de l’évolution Axel Meyer dans une interview.

Monsieur Meyer, vous êtes zoologue et biologiste de l’évolution et avez publié de nombreux livres et articles sur la biologie des différences entre les sexes. Actuellement, une guerre culturelle fait rage autour de la question du nombre de sexes. Comment les notions de « sexe » et de « genre » sont-elles traitées en biologie?

Deux articles du théoricien de la biologie David Haig me viennent à l’esprit. Il avait un jour examiné la littérature spécialisée des sciences naturelles, sociales et culturelles en langue anglaise pour voir à quelle fréquence ces deux termes étaient utilisés. Le mot « gender » est apparu dès le milieu du XIVe siècle, mais depuis les années 1950 et 1960, les deux mots sont de plus en plus souvent utilisés comme synonymes. Historiquement, la différence réside dans le fait que le mot « sexe » ne désigne pas seulement l’acte ou la reproduction, mais qu’il distingue plutôt les deux sexes, masculin et féminin, d’un point de vue biologique. Les frontières s’estompent aujourd’hui, mais pour les poissons par exemple, on ne parlerait jamais de « genre », mais de « sexe ».

À propos des poissons, il existe des espèces qui peuvent changer de sexe, passant par exemple du féminin au masculin ou inversement. Comment s’intègrent-elles dans un système binaire?

On le sait par exemple pour les poissons-clowns, célèbres depuis Nemo, ou pour certains poissons-lippards. Si l’on veut, les circonstances culturelles ou écologiques s’en chargent, car cela dépend de la facilité à trouver une femelle ou un mâle. Oui, il existe donc des organismes qui peuvent changer de « sexe », mais pas de « genre », et qui peuvent peut-être produire des gamètes femelles en premier, puis des mâles. Ces rares exceptions n’ont toutefois rien à voir avec la différence conceptuelle entre sexe et genre.

Un autre mot a été utilisé dans le cadre d’une conférence – d’abord annulée à l’université Humboldt (cf. l’article Les fanatiques parviennent à l’objectif qu’ils se sont fixés) : les gamètes, par quoi on entend les cellules germinales. Dans quelle mesure sont-ils déterminants?

Parce que la taille relative des gamètes est le critère de définition de l’animal que nous qualifions de femelle ou de mâle. On appelle cela l’anisogamie, l’inégalité des gamètes. Et c’est la cause de très nombreuses différences entre les mâles et les femelles, que Darwin a décrites dès son deuxième livre sur la sélection sexuelle.

Cela signifie que le gamète le plus grand fait de l’être vivant qui en est responsable la mère, et que les plus petits font le père?

Exactement, et il en résulte de nombreuses conséquences. De manière presque universelle, la variance du succès reproductif est beaucoup plus grande chez les mâles d’une espèce que chez les femelles. Prenez par exemple les éléphants de mer avec leurs « beach masters« , qui dominent une partie de la plage – et fécondent toutes les femelles qui y débarquent. Un seul mâle peut devenir le père d’une centaine de petits, voire plus, alors que la grande majorité des autres mâles restent sans descendance, peut-être toute leur vie.

La compétition d’un sexe le plus souvent le sexe masculin pour obtenir les faveurs de l’autre est considérée comme un moteur de l’évolution, mais elle est liée à des efforts considérables. S’il ne s’agit que d’échanger du matériel génétique, les bactéries y parviennent également et relativement plus facilement. Pourquoi est-ce si compliqué?

C’est une question passionnante à laquelle il est difficile de répondre. On parle aussi du fait que la reproduction sexuée double le coût de la reproduction, car il faut désormais deux individus d’une même espèce pour produire une descendance. Si la reproduction asexuée avait lieu, chaque individu pourrait se reproduire. Il existe différentes idées et hypothèses sur la raison pour laquelle le sexe est tout de même apparu dans l’évolution, même plusieurs fois, à partir de la reproduction isogame initiale. Un argument important en ce sens est que la production de gamètes haploïdes (par un mécanisme particulier de division cellulaire appelé méiose), qui ne contiennent qu’un seul jeu de chromosomes comme dans le cas des ovules et des spermatozoïdes, permet à la recombinaison de se produire. La nouvelle variation génétique est probablement l’avantage décisif de la reproduction sexuée.

Pourquoi cela serait-il avantageux? Là aussi, les hypothèses sont nombreuses. On évoque souvent une meilleure défense contre les maladies et les parasites ; un argument typique contre cela est que certains animaux peuvent alterner entre la reproduction sexuée et asexuée.

Il s’agit là aussi de rares exceptions, dont les carpes dentées vivipares d’Amérique centrale. Les femelles peuvent se reproduire seules, mais elles ont besoin de la copulation et du sperme des mâles d’autres espèces pour être stimulées, mais pas pour être fécondées. Le moment où ce « retour » se produit fait l’objet de discussions. Il pourrait être lié au fait que leur environnement est prévisible, une variance par la reproduction sexuelle n’est pas nécessaire. Les mécanismes génétiques de détermination du sexe sont étonnamment variables, mais pour les mammifères, c’est la combinaison des deux chromosomes sexuels X et Y qui est déterminante, pour les oiseaux par exemple W et Z. Dans certaines lignées évolutives, les choses ont évolué très différemment, chez de nombreux reptiles, c’est la température dans la ponte qui détermine le sexe, même chez les poissons, tout cela est très variable. La plupart d’entre eux n’ont pas de chromosome sexuel, mais disposent de régions et de gènes correspondants, répartis sur plusieurs chromosomes.

On dit aussi que les chromosomes sexuels, qui se sont développés à l’origine à partir de chromosomes normaux, sont un luxe de l’évolution.


C’est ainsi qu’on pourrait les appeler. Il existe plusieurs hypothèses sur la raison pour laquelle les chromosomes sexuels se sont développés à partir des autosomes. Une particularité des chromosomes sexuels est que la recombinaison n’a justement pas lieu parce qu’il n’y a pas de deuxième chromosome, comme dans le cas du chromosome Y chez les hommes.

Si le petit chromosome Y disparaît progressivement, comme on peut le lire de temps en temps, le problème des sexes serait-il également résolu?

Cela n’arrivera pas.

On en reste donc pour l’instant à deux cellules germinales. Si l’on transpose ce modèle au monde végétal, où l’on parle de plantes mono ou dioïques, ne pourrait-on pas affirmer qu’il y a certes deux cellules germinales, mais de nombreux sexes ? Après tout, il existe des fleurs très variées avec des organes reproducteurs plus ou moins développés ou mûrs. Tout est donc possible, même l’autofécondation.


L’autopollinisation est toutefois rare, les plantes essaient en général de l’éviter. Il en va de même pour les escargots, qui sont hermaphrodites, mais qui ne s’autofécondent pas, mais fécondent les ovules d’un autre escargot.

Cela signifie qu’aussi bigarrées que soient les plantes, elles restent confinées à deux sexes et qu’on ne peut pas les prendre comme exemple pour le débat actuel dans la société afin d’ouvrir les frontières conceptuelles?

Oui, les plantes n’ont que deux sexes. Dans le discours social sur les comportements « spécifiques à chaque sexe », en revanche, je plaiderais pour ma part pour que l’on parle de « genre », car nous serions alors à un autre niveau d’explication. L’être humain est, comme je le dis toujours, la plus culturelle des espèces.

La biologie ne peut donc pas trancher le débat sur le sexe et le genre?

En tant que scientifique, je dirais que l’affaire est claire : il y a deux sexes. Point final. Dans notre espèce comme dans les quelque huit mille autres espèces de mammifères. La manière dont on s’adresse à quelqu’un, avec tel ou tel pronom, c’est de nouveau une affaire très culturelle. Je suis bien sûr favorable à ce que chacun puisse vivre comme il l’entend, soit toujours traité avec tolérance et respect, quelle que soit la façon dont l’individu se sent, sans qu’il y ait de jugement de valeur. Et ce sont des questions culturelles, politiques ou sociales qui ne concernent pas mon domaine de travail.

L’homme n’est ni un poisson ni une souris, mais que peuvent nous apprendre les études animales sur les genres?

Les animaux peuvent servir de systèmes modèles, qui aident par exemple à développer des médicaments, les souris étant plus proches de nous génétiquement que les poissons. Il est toutefois intéressant de noter que, quelle que soit la méthode utilisée pour déterminer le sexe d’un animal, il y a toujours un mâle et une femelle à la fin. Je trouve fascinant que quelque chose d’aussi fondamental en biologie – et je maintiens qu’il n’y a que deux sexes et pas de spectre – puisse être créé de manières aussi différentes, même au sein d’une famille, d’un genre ou d’une espèce.

Axel Meyer est professeur de zoologie et de biologie de l’évolution à l’université de Constance.

Sur le même sujet, lire aussi Les fanatiques parviennent à l’objectif qu’ils se sont fixés

Un commentaire

Les commentaires sont désactivés, mais les rétroliens (trackbacks) et les pingbacks sont ouverts.

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com