Press "Enter" to skip to content

Revue de presse du 25 au 31 janvier 2021

Les éléments de la revue de presse sont sélectionnés à titre informatif et ne reflètent pas les positions de l’Observatoire du décolonialisme. Nous recensons sans commentaire des informations de nature diverse, des articles qui développent des analyses intéressantes aussi bien que des articles qui présentent des biais idéologiques. Les actualités universitaires sont regroupées en bas de page.
>>> Suggérer un ajout à la revue de presse.

L’Opinion (site web), vendredi 29 janvier 2021 #CancelCulture #RadicalismeIdentitaire
«Liberté: le vrai danger», tribune de François de Closets
Au pays des droits de l’homme, la liberté est plus affaire d’émotion que de raison. Extrait:

Étant entendu qu’il suffit d’appartenir à un groupe victimisé et de se déclarer « offensé » pour que l’on fasse l’économie du procès et passe tout de suite à la sentence. A ce jeu, le mâle blanc hétérosexuel devient l’universel accusé et doit en permanence faire acte de repentance faute de quoi il sera éliminé. On voit même réapparaître sur les campus américains l’équivalent de l’autocritique, une horreur que l’on croyait disparue avec le communisme.

[…] On voit donc se mettre en place un système totalement oppressif, qui retire toute possibilité de penser par soi-même – chacun est renvoyé à son groupe particulier – mais qui ne s’appuie sur aucun des appareils policiers que mettent en place les régimes totalitaires. Une auto-organisation relayée par les réseaux sociaux n’admet plus la libre-pensée.

Or ce système trouve dans la société française un terrain particulièrement favorable. L’enseignement supérieur est d’ores et déjà bien gangréné. De petits groupes activistes interviennent pour interdire une représentation, empêcher une conférence, chahuter un cours, bref éliminer ce qui déplaît dans le plus pur style de la cancel culture. La grande majorité des professeurs et des étudiants qui est loin d’adhérer à cette déconstruction de la société française, à cette négation de notre démocratie laisse faire sans approuver et sans résister. Il en va de même dans l’enseignement secondaire où de nombreux professeurs s’autocensurent et proposent une culture châtrée par crainte des élèves radicalisés.

Bababam (podcast), «Maintenant vous savez», vendredi 29 janvier 2021 #Genre
«Qu’est-ce que l’enbyphobie?»
En voilà un mot qui n’occupe pas la une des plateaux télés… Et pour cause! Apparu d’abord dans les milieux militants LGBTQI+ et composé sur la même structure que des termes déjà connus comme homophobie, biphobie, lesbophobie ou encore transphobie. Le suffixe phobie signifie la peur et “Enby” correspond à la manière anglophone de prononcer les initiales NB, pour désigner les personnes non-binaires. L’enbyphobie est donc la peur exprimée à l’encontre des personnes se déclarant non-binaires.

MadmoiZelle (site web), vendredi 29 janvier 2021 #RacismeSystémique #Police
«Pourquoi la nouvelle action contre les contrôles au faciès racistes est historique», par Hassiba Hadj
Afin de mettre fin aux contrôles au faciès discriminatoires, un collectif d’ONG porte plainte contre l’État. Une première historique dans la lutte contre le racisme systémique.

Marie Claire (site web), jeudi 28 janvier 2021 #Intersectionnalité #Féminisme #Décolonialisme #Sororité #Patriarcat
«En Amérique latine, les féministes s’unissent et inspirent le monde entier», Par Pauline Weiss
Le 30 décembre 2020, le Sénat argentin votait la légalisation de l’avortement, après des années de mobilisations féministes. Sur un continent très inégalitaire, les mouvements féministes sont particulièrement organisés. Explications avec la sociologue Delphine Lacombe. Extraits:

Le mouvement féministe actuel est plus jeune, plus mobilisé, avec un sujet multiple assumé, avec l’idée d’intersectionnalité et de décolonialisme. […]

Il y a aussi une reconfiguration du féminisme, avec l’idée que la sororité ne peut pas être prescrite par un groupe de femmes homogène, ou une élite du féminisme, mais qu’elle doit être éprouvée dans l’intersectionnalité. Cela met en débats les conditions d’inclusion des luttes lesbiennes, indiennes, des femmes noires, parfois des luttes trans.

Les Crises (site web), jeudi 28 janvier 2021
«Le racialisme, stade suprême de la décomposition néolibérale», par Eric Juillot
Extrait:

Cet individualisme radical se nourrit du fantasme d’une totale détermination de chacun par lui-même, conformément à sa liberté, indépendamment de tout processus de transmission ou d’incorporation d’un héritage façonné par la société. En ce sens, il est porteur de déliaison sociale et de désaffiliation historique.

Aucun lien, aucune contrainte ne devrait entraver le droit absolu du sujet contemporain à la libre détermination de ce qu’il est, dans sa singularité existentielle. Mais l’individu-roi, fier de sa liberté inédite, est nu. Il flotte dans le vide idéologique de la post-modernité. Autant dire qu’il saisira n’importe quel discours conférant sans effort et sans contrainte un sens supérieur à son existence et la certitude d’avoir compris, grâce à quelques idées, l’essentiel de la marche du monde.

Le décolonialisme appartient à ce type de discours, chargé de combler le vide de notre époque. Il en est un produit caractéristique : on l’embrasse d’autant plus volontiers qu’il délivre, par son simplisme explicatif, de la nécessité de s’instruire, qu’il dispense des efforts et du travail nécessaires à la recherche de la vérité.

Le Journal de Québec (site web), jeudi 28 janvier 2021 #RacismeSystémique #États-Unis
«Vacciner les Noirs en premier?», billet de Luc Laliberté
Une fois de plus, la question raciale s’invite dans la discussion aux États-Unis. Cette fois, on l’aborde alors qu’on veut accélérer le rythme de la vaccination pour freiner efficacement la pandémie.

France Culture, «Affaire en cours» du mercredi 27 janvier 2021 #CancelCulture
«Est-il moralement admis de regarder une œuvre de Claude Lévêque?», par Carole Talon-Hugon
Suite aux accusations de viol sur mineurs concernant le plasticien Claude Lévêque, la philosophe Carole Talon-Hugon est au micro de Marie Sorbier pour se demander si notre regard sur une œuvre d’art change lorsque son auteur est moralement condamnable.

Public Sénat (site web), mercredi 27 janvier 2021 #CancelCulture
«Un tapis de Claude Lévêque à l’Élysée: “Il sera très certainement retiré”, assure Roselyne Bachelot», par Pierre Maurer
Le célèbre plasticien est accusé de «viols et agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans». Une enquête préliminaire a été ouverte au printemps 2019 par le parquet de Bobigny.

Faut-il retirer les œuvres des artistes mis en cause dans les affaires de violences sexuelles? Pour la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, la réponse est plutôt oui. «Je suis pour que l’on se pose la question. D’ailleurs un certain nombre de personnes l’ont déjà fait, ou de collectivités comme Montreuil qui s’apprête à retirer les œuvres de Claude Lévêque. Pour ma part je souhaite que dans les lieux publics la question soit posée», a-t-elle répondu à la sortie des questions d’actualité au gouvernement ce mercredi au Sénat.

Aufeminin (site web), mercredi 27 janvier 2021 #Transphobie
«“Fouad s’est suicidée. Moi, j’ai eu de la chance”: Azélia, jeune femme trans, témoigne»
La transphobie tue. Derrière ce slogan utilisé dans les luttes pour les droits des personnes trans, une réalité qui semble avoir conduit Fouad, lycéenne lilloise, au suicide. Azélia, jeune femme trans, témoigne de ce qui l’a sauvée.

Amnesty International (site web), mercredi 27 janvier 2021 #RacismeSystémique #Police #Technologies
«Il faut interdire les technologies de reconnaissance faciale qui amplifient le risque de racisme lors des opérations policières»
Amnesty International lance le 26 janvier 2021 une campagne mondiale en vue d’interdire l’utilisation des systèmes de reconnaissance faciale, une forme de surveillance de masse qui décuple le risque de racisme lors des opérations policières et menace le droit de manifester.

Le Délit (site web), mardi 26 janvier 2021 #EnseignementSupérieur #LibertésAcadémiques #SafeSpace #Genre #Théologie
«Dans l’eau chaude pour ses opinions conservatrices», par Louise Toutée
L’association étudiante des études religieuses demande à ce que les étudiant·e·s ne soient plus obligé·e·s de fréquenter les cours du professeur Farrow. Extraits:

Dans une lettre ouverte publiée le 19 janvier sur les réseaux sociaux, l’Association étudiante des études religieuses (AÉÉR) s’est adressée à la Faculté d’études religieuses pour dénoncer les propos «troublants» du professeur Douglas Farrow. L’approche académique du Pr Farrow, qui enseigne la théologie à McGill depuis 1997, a fait de ses classes un environnement non sécuritaire pour les membres de la communauté LGBTQ+, affirme l’AÉÉR. […]

«Tout comme le Pr Farrow a le droit à la liberté d’expression»,  écrit l’AÉÉR, «les étudiant·e·s ont le droit à un environnement d’apprentissage sécuritaire et inclusif.»  En conséquence, l’AÉÉR demande que la Faculté d’études religieuses offre davantage de flexibilité aux étudiant·e·s et assigne des professeur·e·s supplémentaires aux cours obligatoires qui sont donnés exclusivement par le Pr Farrow. […]

«Je crains que l’Université ne devienne un “safe space” pour tout sauf la raison, la décence et la justice élémentaire», a terminé Pr Farrow. La lettre ouverte de l’AÉÉR, quant à elle, se clôt en implorant la Faculté d’études religieuses de prendre les mesures nécessaires pour soutenir les étudiant·e·s marginalisé·e·s.

Le Figaro (site web), mardi 26 janvier 2021 #Genre #Transphobie #École #DysphorieDeGenre
«Enfants trans: quand la volonté de changer d’identité bouscule l’école», par Caroline Beyer et Agnès Leclair
Les consultations médicales concernant la «dysphorie de genre» se multiplient en France. Face à ces enfants et adolescents qui réclament une nouvelle identité, le ministère de l’Éducation nationale est sommé de se positionner.

Le Point (site web), mardi 26 janvier 2021 #décolonialisme
«Le “colonialisme”, cet autre virus qui frappe la France…», par Xavier-Laurent Salvador, de l’Observatoire du décolonialisme
Le linguiste Xavier-Laurent Salvador analyse la rhétorique décoloniale, qui propose de répudier la République comme seul horizon.

Têtu (site web), mardi 26 janvier 2021 #Transphobie #CancelCulture #Cinéma #Jeunesse
«Le projet de série Harry Potter divise les fans LGBT+ de la saga», par Florian Ques
Depuis peu, des rumeurs vont bon train quant à un spin-off en série de la franchise Harry Potter. Là où certains fans s’enthousiasment, d’autres redoutent que ce projet ne donne encore plus de visibilité à la transphobie de J. K. Rowling. Extrait:

«Je ne demande à personne de désavouer la communauté de fans Harry Potter. Plein de bonnes choses ont été faites par des personnes mauvaises. Mais s’il vous plaît, pensez sérieusement à ne pas regarder la série Harry Potter parce que ça revient à soutenir financièrement une personne opposée aux personnes trans. […] Si vous voulez la regarder, piratez-la».

Clicanoo (site web), mardi 26 janvier 2021 #CancelCulture #Littérature #Jeunesse
«Vive le Babar libre», éditorial par Lukas Garcia
Extraits:

Nous sommes des millions d’enfants à avoir lu Babar et sans pour autant avoir eu envie de devenir colons. Nous avons grandi, nous avons compris.
[…] Le déconstructionnisme neuneu a de beaux jours devant lui.


Guadeloupe La Première (site web), mardi 26 janvier 2021 #AppropriationCulturelle #Mode #Inclusivisme
«Du madras dans la dernière collection de Louis Vuitton par le créateur américain Virgil Abloh?»
La maison de luxe Louis Vuitton a dévoilé sa nouvelle collection, la semaine dernière, lors d’un défilé virtuel à Paris. Et parmi les accessoires, un sac a retenu l’attention d’internautes. Une création qui fait penser au tissu madras.

Le créateur américain Virgil Abloh a voulu, dans cette collection, s’interroger sur comment les stéréotypes et les uniformes liés aux professions et aux modes de vie façonnent la personnalité, s’efforçant de changer ces idées préconçues. « La mode est un outil de la mise en forme de ces identités (…). De façon inconsciente, nous faisons confiance à une silhouette en costume et nous nous méfions en voyant le contour d’un sweatshirt à capuche », a t-il écrit dans les notes qui accompagnaient la collection.
« Un homme d’affaires est-il toujours blanc? Un basketteur est-il toujours noir? Sont-ils toujours des hommes hétérosexuels? », s’interroge-t-il.
Le créateur américain d’origine ghanéenne utilise dans cette collection le kente, textile ghanéen fait de bandes de tissu tissées à la main de soie et de coton, rendu en tartan. « Est-ce que ça rend le kente moins ghanéen et le tartan moins écossais? La provenance est la réalité, tandis que la propriété est un mythe », assure-t-il.

Libération, mardi 26 janvier 2021, p. 18-19 #ObservatoireDécolonialisme
«L’observatoire qui se rit de chercheurs “décoloniaux”» par Thibaut Sardier
Un collectif d’universitaires se revendiquant de l’universalisme républicain vient de lancer un Observatoire du décolonialisme. Derrière le sérieux de l’intitulé, la plateforme joue la carte de l’humour grinçant pour discréditer les travaux sur des questions de genre ou de race.

Le Point (site web), mardi 26 janvier 2021 #EnseignementSupérieur #RadicalismeIdentitaire #LibertésAcadémiques #Déconstruction #États-Unis
«Le virus mental des campus, l’autre pandémie», par Peggy Sastre
Gad Saad, professeur de marketing, s’inquiète de la domination de l’idéologie postmoderniste et du rejet de la réalité dans les universités américaines.

Le Journal de Montréal (site web), mardi 26 janvier 2021 #ÉcritureInclusive #Genre
«Le genre noble contre la novlangue», par Raphaël Guérard
La hiérarchie des genres n’existe pas dans la langue française. Bien entendu, il existe des individus qui croient en une hiérarchie des genres, mais la langue française n’est pas conçue ainsi. Lorsque nous connaissons ses subtilités, nous remarquons qu’elle n’est pas genrée: il nous est possible de ne faire allusion à aucun genre lorsque nous nous exprimons.

Le Point (site web), mardi 26 janvier 2021 #CancelCulture #Littérature #Jeunesse #Édition #École
«Martine, Le Club des cinq…: revus et corrigés!», par Alice Pairo-Vasseur
Actualisées et pour le moins vidées de leur substance, les rééditions de ces classiques de la littérature jeunesse font grincer des dents nombre de parents et professeurs.

Le Figaro (site web), mardi 26 janvier 2021 #Technologies #CancelCulture #HaineEnLigne
«Twitter est devenu l’outil de la confession publique et le tribunal d’un nouvel ordre moral», tribune par Benjamin Sire
Depuis la naissance du hashtag «Balance ton porc», le réseau social au petit oiseau est devenu le lieu public de l’étalage intime, allant jusqu’à faire office de juge moral et médiatique, analyse Benjamin Sire, qui déplore que le pouvoir du réseau social échappe à tout cadre judiciaire.

France Culture, «Le tour du monde des idées», lundi 25 janvier 2021 #CancelCulture #SafeSpace #États-Unis
«Les Millenials contre-attaquent: le procès des boomers», par Brice Couturier
Nous parvient des États-Unis la rumeur d’une guerre entre les générations. Les Millennials s’étaient déjà opposés violemment à leurs aînés sur la question de la liberté d’expression mais le fossé idéologique entre les baby-boomers et la génération Y semble désormais bien plus profond. Analyse.

RTBF (site web), lundi 25 janvier 2021 #Médias #Inclusivisme #SafeSpace
«Diversité dans les médias, quelles évolutions?», annonce d’un webinaire
Le 1er février 2021 à 14h, la RTBF et Média Animation vous invitent à un séminaire en ligne et trois tables rondes pour questionner les rapports et les évolutions entre les médias et la diversité. Extrait:

En quoi les safes spaces sont nécessaires aujourd’hui pour les journalistes femmes et/ou racisé·es ?

Le Figaro (site web), lundi 25 janvier 2021 #EnseignementSupérieur #LibertésAcadémiques #RadicalismeIdentitaire #Intersectionnalité
«La liberté académique des enseignants-chercheurs et ses ennemis», tribune de Wiktor Stoczkowski
Les militants «intersectionnels» sont de plus en plus influents dans l’enseignement supérieur. Or ils prétendent s’affranchir des critères de scientificité, explique Wiktor Stoczkowski, chercheur au Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

La Croix n°41918 du lundi 25 janvier 2021, «Débats», p. 4 #Médias #Caricature #CancelCulture
«En dessin de presse, la satire est-elle encore possible?», question du jour posée à Laurent Bihl et Nathalie Heinich
La semaine dernière, un dessin de Xavier Gorce dans Le Monde a été accusé, sur les réseaux sociaux, de se moquer des victimes d’inceste et des personnes transgenres. La direction du quotidien a présenté des excuses, indignant les défenseurs de la liberté d’expression, et provoquant la démission du dessinateur.

Le Figaro (site web), lundi 25 janvier 2021 #École #PasDeVague
«Mulhouse: une institutrice et directrice d’école maternelle menacée de mort», par Margaux d’Adhémar
Le personnel scolaire a été violemment interpellé par deux parents d’élèves qui ont pénétré dans l’établissement. Extraits:

«Cette directrice d’école était dans son rôle en signalant un cas de maltraitance, elle faisait son métier», a réagi auprès du Figaro la maire de Mulhouse Michèle Lutz. «Aucun contentieux ne justifie cette violence. Certains parents ne respectent plus les valeurs de la République, or nous sommes à l’école de la République. Je souhaite donc qu’il y ait une sanction à la hauteur de ce qui s’est passé, que la justice donne un signe à la communauté éducative avec une peine exemplaire», a ajouté l’élue. […]

«En quelques semaines, il y a eu plusieurs remontées d’agressions de parents d’élèves à l’égard des enseignants dans la région. Ils dénigrent les professeurs et remettent en cause leur façon de travailler, leur pédagogie», explique au Figaro la secrétaire du SNUipp-FSU Ghislaine Umhauer, soulignant que l’esclandre de l’école de la Porte du Miroir fait partie d’une série de plusieurs faits similaires envers les enseignants de la région. «C’est la troisième fois que nous sommes confrontés à de telles scènes de violences de la part de certains parents d’élèves vis-à-vis des professeurs. Aujourd’hui, certains parents se permettent de plus en plus de choses, ils ne voient plus les limites et ressentent un certain pouvoir du fait que le ministère nous impose une politique de ‘pas de vagues’», ajoute-t-elle. Laure, institutrice en primaire à Mulhouse, fait partie de ces enseignants de la région ayant subi, il y a quelques semaines, des violences similaires à celles infligées à la directrice de l’école maternelle de la Porte du Miroir. «J’avais peur de revenir au travail. Mon mari m’emmenait tous les jours et, en classe, je risquais de m’effondrer en larmes à tout moment. L’Éducation Nationale, à force de ne pas nous soutenir face à certains parents d’élèves, conduit à ce que certains parents se croient tout-puissants», témoigne l’enseignante.

Le Point (site web), lundi 25 janvier 2021 #Sciences #Genre #Sexe #Déconstruction #Transphobie #Inclusivisme
«La biologie, une science “patriarcale” et “viriliste”?», par Jean-François Braunstein, de l’Observatoire du décolonialisme
Pour le philosophe Jean-François Braunstein, les discours qui prétendent déconstruire le genre engendrent des conséquences non négligeables sur le monde réel.

France Inter, lundi 25 janvier 2021 #CancelCulture #Cinéma #Jeunesse #TriggerWarning
«Les messages d’avertissements de Disney», le billet de Sophia Aram
Ça y est, cette fois c’est fait, après les mentions légales indiquant qu’il est préférable de ne pas se brosser les dents avec de l’eau de javel ou qu’il ne faut pas recongeler un produit décongelé, ni son hamster, sa grand-mère, ni même les enfants Courjault… Voilà que Disney diffuse désormais des ”trigger warning”, ces messages d’avertissement, précédant ses grands classiques pour signaler aux téléspectateurs de Peter Pan, des Aristochats ou même de Dumbo, la présence de clichés racistes. Extrait:

«Si tu ne te sens pas capable de te confronter à des visions du monde qui sont contraires ou simplement différentes de ton histoire, ton identité, ton genre, tes valeurs ou même ta morale, si tu es incapable de te confronter au monde… Alors vas-donc te faire cuire… un œuf… à moins bien sûr que tu sois vegan.»

Informations universitaires

Fabula (site web), mardi 26 janvier 2021
«Antiquité classique et postcolonialismes: inspirations, tensions, résistances», annonce d’une journée en ligne organisée par l’ENS Lyon le 12 février 2021
Texte de présentation:

L’émergence des postcolonial studies a, depuis les années 1990, suscité de vifs débats autour des Classics dans le monde anglo-saxon: considérées comme un instrument de domination de «l’Occident», associées à  l’impérialisme, à l’esclavagisme, à l’oppression des minorités, voire au suprémacisme blanc, les disciplines liées à l’Antiquité grecque et romaine (langues, littérature, histoire, philosophie, histoire de l’art, archéologie) ont fait l’objet de vives critiques et ont opéré un important travail réflexif à la lumière des théories postcoloniales.

Or, en France, il semble que les études classiques soient restées en marge de ces débats, ou tout du moins qu’elles les aient peu interrogés de façon consciente et/ou explicite. Toutefois, un épisode comme la polémique autour de l’utilisation de masques dans une représentation des Suppliantes d’Eschyle en 2019, ainsi qu’un certain nombre d’évolutions perceptibles dans les manières d’étudier l’Antiquité montrent que ces questionnements traversent également la création et les sphères académiques françaises.
 
Cette journée de discussion se propose de mieux faire connaître les débats scientifiques autour des théories postcoloniales et d’engager une réflexion critique, à la fois disciplinaire et interdisciplinaire, sur les pratiques et les enjeux de l’étude de l’Antiquité.

Comments are closed.