Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

« Il y a urgence à décoloniser la langue »

[par Francis Éponge]

De nombreux et spectaculaires progrès ont pu être accomplis ces derniers temps grâce aux brillants travaux de nos collègues de l’Université française afin d’introduire une meilleure prise en compte de la diversité dans la langue française via notamment l’écriture inclusive. Il est vrai que jusqu’en 2016, la langue française ne permettait pas de nommer les populations autres que blanches, hétéro-patriarcales, masculines et cis-genrées. Ainsi, quand Copi écrit les 4 jumelles, il est flagrant de constater qu’il lui est impossible de trouver les mots pour parler de femmes, de soeurs ou de drogues. C’est là le fruit d’une gynophobie d’Etat systémique et honteuse.

Quand Boris Vian évoque la sexualité dans son oeuvre, il ne peut le faire1 qu’en ne parlant que de l’hétérosexualité qui alimente son fantasme masculiniste principal: les mots lui manquant pour envisager quoi que ce soit d’autre, évidemment, il ne peut pas créer l’oeuvre qu’il aurait mérité de créer si seulement il avait eu conscience de l’invisibilisation dont souffraient ceux dont il ne parlait pas.

D’ailleurs, il est frappant de voir que chez Zola comme chez Flaubert, mais n’hésitons pas à aller plus loin: chez Chrétien de Troyes, Guillaume de Loris ou Nicole de Margival ! Il n’est jamais question de femme; jamais question d’homosexualité; jamais question de culture étrangère à la culture patriarcale blanche franco-française.

Quand Gide écrit:

Le vêtement tomba ; il rejeta au loin sa veste, et se dressa nu comme un dieu. Un instant il tendit vers le ciel ses bras grêles, puis, en riant, se laissa tomber contre moi. Son corps était peut-être brûlant, mais parut à mes mains aussi rafraîchissant que l’ombre. Que le sable était beau ! Dans la splendeur adorable du soir, de quels rayons se vêtait ma joie !…
Cependant il se faisait tard ; il fallait rejoindre Paul. Sans doute mon aspect portait-il la marque de mon délire, et je crois bien qu’il se douta de quelque chose ; mais, comme, par discrétion peut-être, il ne me questionnait pas, je n’osai lui raconter rien.

(SV, p. 280)

Il est indéniable qu’il parle d’un homme: mais c’est parce que les mots lui manquent pour en réalité parler de la femme dont il rêvait et qui est invisibilisée par la langue française elle-même qui pour se dire au féminin est en réalité le fruit d’un complot historique majeur2. Bref, un gros travail a déjà été accompli, mais nous pouvons aller plus loin !

Les noms, les mots

On parle beaucoup des prénoms aujourd’hui, c’est un fait. Il y aurait des prénoms à consonnance étrangère que certains candidats à la Présidentielle souhaiteraient voir disparaître du paysage: Alexander, Sacha, Mohamed ou Chang seraient des prénoms connotés d’exotisme.

Mais ne voient-ils pas ces gens là qu’au contraire ces prénoms sont le fruit d’un odieux colonialisme qu’il faut absolument combattre ? Ne voient-ils pas que l’alphabet latin imposé à ces prénoms est une insulte faite à leur culture ? Il est donc temps de décoloniser l’alphabet et de rendre à محمد ou جمال, 常 et Александр ce qui leur est propre.

Voilà pourquoi il faut décoloniser l’alphabet et l’écriture: permettre de visibiliser la richesse des cultures. Et si les instituteurs de demain ne savent pas enseigner à ces enfants dans la langue qui est la leur: alors privatisons l’enseignement, et rendons aux communautés locales le pouvoir d’enseigner ce qui les émancipe plutôt que ce qui les alliène à une culture allogène !

Voilà.

Et demain, nous vous expliquerons pourquoi il faut privilégier la prise en compte de la race dans les publications scientifiques en oncologie3.

Les commentaires sont désactivés.

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com