Press "Enter" to skip to content

Au suivant!… «Annabel Kim: Le Chantier littéraire, de Monique Wittig» (ENS Lyon)

Dernier ouvrage paru de la conférencière qui présentera l’oeuvre de Monique Wittig à l’ENS Lyon: Cacaphonies: The Excremental Canon (University of Minnesota Press, 2022)
https://www.upress.umn.edu/book-division/books/cacaphonies
https://www.google.fr/books/edition/Cacaphonies/8CdiEAAAQBAJ?hl=fr&gbpv=1&dq=Cacaphonies&pg=PP1&printsec=frontcover

Le 18 mars 2022, de 14h à 16h.
En visioconférence et en présentiel à l’ENS de Lyon, site Descartes (salle D4.260, salle de réunion Triangle 2e étage).

Annabel Kim est professeure associée des langues et littératures romanes à l’Université de Harvard. Spécialiste de la littérature française des XXe et XXIe siècles, Kim est l’auteure de deux livres : Unbecoming Language: Anti-Identitarian French Feminist Fictions (Ohio State UP, 2018) et Cacaphonies: The Excremental Canon (University of Minnesota Press, 2022). Elle a également publié sur des auteurs contemporains tels que Marie Darrieussecq, Anne Garréta, Daniel Pennac, et Leïla Slimani dans PMLA, French Studies, diacritics, L’Esprit Créateur, Revue critique de fixxion française contemporaine, SITES: Contemporary French and Francophone Studies ainsi que dans des revues plus publiques telles que Public Books et AOC [Analyse Opinion Critique].

Résumé :

Le Chantier littéraire de Monique Wittig est un texte absolument fondamental pour la compréhension de son œuvre et littéraire et politique : c’est un texte qui est même plus important d’une certaine façon que La pensée straight, ouvrage essentiel de la théorie féministe. Mais ce texte clé reste très peu connu, surtout à un public non-francophone qui n’aurait pas moyen d’accéder aux idées contenues là-dedans sans traduction. Mais traduire Wittig est un projet difficile qui pose beaucoup de difficultés à cause de la façon très pointilleuse dont Wittig travaille et retravaille le langage : sa sensibilité langagière est sans pareil. Un écueil inévitable est le choix que la traductrice doit faire entre la fidélité au style et à la voix de Wittig, d’un côté, et la clarté et la communication de ses concepts, de l’autre. Dans cet atelier, nous entrerons dans le chantier de traduction pour faire face au Chantier littéraire et discuter de diverses façons possibles de traduire cette œuvre et de ce que chaque choix coûte à l’intégrité du texte et à sa réception.

Discussion : Héloïse Thomas et Yannick Chevalier

More from revueDePresseMore posts in revueDePresse »

Comments are closed.

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com