Arnaque « à la nigériane » : escrocs ou Robin des bois ?

Par Hubert Heckmann: Un ouvrage universitaire tente d’inscrire les escroqueries « à la nigériane » dans une pensée décoloniale… quitte à faire l’éloge d’un système criminel. Nahema Hanafi, historienne à l’université d’Angers, publie un ouvrage, L’Arnaque à la nigériane. Spams, rapports postcoloniaux et banditisme social, « dans lequel elle met en lumière le système qui se cache derrière les courriels frauduleux envoyés par de jeunes Africains francophones. L’analyse littéraire des messages est couplée avec une approche sociologique relative au profil des arnaqueurs et leur revendication ». Le sujet concerne chacun, comme ne manque pas de le rappeler l’auteur dans la promotion de son ouvrage : nous avons tous reçu ces messages de brouteurs, c’est-à-dire d’escrocs en ligne qui promettent des héritages, des bonnes affaires ou des rencontres amoureuses.

Lire le texte intégral librement sur le site du Point

Pensez aux effets psychologiques possibles de ce tableau de Goya - qui ferait certainement perdre l'appétit à n'importe qui - dans lequel Saturne dévore goulûment ses propres enfants ? L'artiste
Comme l’a montré l’historien Pierre Vermeren, des images de calendriers musulmans montrant Mahomet circulent librement jusqu’au milieu du 20e siècle dans le Maghreb et  encore aujourd’hui dans les pays chiites,
Après avoir imposé le mot « Homme », voilà qu’est imposé maintenant le mot « genre » pour dissoudre le mot femme dans des appellations prétendument inclusives. Voilà le texte d'une intervention faite il
Actualité et veille informative de l'actualité Woke, décoloniale et déconstructiviste dans la Recherche et le médias