Au suivant!… « Perspective intersectionnelle » sur « les hiérarchies de savoir, les silences de l’histoire » et un « matrimoine profondément pluriel » (Université d’Angers)

Conférence « Continuités et discontinuités dans l’histoire des féminismes »
Mardi 22 mars – 18h –
À la Maison de la recherche Germaine-Tillion –
Gratuit, sur réservation

Dans le cadre de son cycle de conférences sur la question des héritages, la SFR Confluences a choisi de donner la parole à l’historienne Bibia Pavard à l’occasion du Mois du genre.

Alors que nous vivons actuellement un renouveau des mobilisations féministes, la question de l’héritage se pose avec une grande acuité. La conférence proposée par Bibia Pavard s’intéressera à la production et à la transmission de l’histoire des féminismes à partir de l’expérience de l’écriture de l’ouvrage Ne nous libérez pas, on s’en charge. Une histoire des féminismes de 1789 à nos jours.

La perspective sera intersectionnelle et interrogera les hiérarchies de savoir, les silences de l’histoire et la consolidation d’un « matrimoine » profondément pluriel.

Bibia Pavard est maîtresse de conférences en histoire à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas. Chercheuse au sein du laboratoire CARISM, elle est membre de l’Institut universitaire de France depuis 2020. Elle a signé en 2020, avec Florence Rochefort et Michelle Zancarini-Fournel, l’ouvrage paru aux éditions La Découverte : Ne nous libérez pas, on s’en charge.

#Vaguesduféminisme

Après tout, la laïcité ne semblerait qu’une islamophobie honteuse, puisque Mme Rabier s’en prend longuement à Dominique Schnapper. Il est vrai que selon Rabier elle est « en tête » des « entrepreneurs
Jean-Claude Michéa me fait remarquer que le meurtre de la fonctionnaire de police de Rambouillet n'a pas été présenté par les médias comme un féminicide. C'est vrai. Ni dans ce
La récente affaire du Godot Groningue met en lumière une série d'éléments consternants sur le rapport de notre civilisation à la Littérature. Dans ce contexte particulièrement tendu de la cancel
Une mise en scène d' En attendant Godot aux Pays-Bas a pris une tournure beckettienne lorsque la salle a annulé les représentations parce que le metteur en scène irlandais n'avait