La bonne non-mixité et la mauvaise non-mixité

Le journaliste : Votre association organise ses réunions en non-mixité, mais réclame que les toilettes soient non-genrées… Au fond, quelle différence y a-t-il entre la bonne et la mauvaise non-mixité?
Tous : (Rires)
Woke 1 : Ah j’l’attendais celle-là ! J’l’attendais… Non mais, la mauvaise non-mixité? Bon, bah, c’est là où y a une ‘tite pancarte qui dit y faut mettre les hommes à part…
Le journaliste : Et la bonne non-mixité?
Woke 1 : La bonne non-mixité? C’est une ‘tite pancarte, une ‘tite euh…, pancarte, qui dit euh…, y faut… euh…
Woke 2 : … C’est pas la même chose ! Y’a la bonne non-mixité, et y’a la mauvaise non-mixité… Y’a la discrimination, là ça c’est violent, et y’a l’inclusion, juste rien à voir…
Woke 3 : Bon, y faut expliquer. Tu vois, y’a la mauvaise non-mixité: elle voit un homme, elle le met à part. La bonne non-mixité: elle voit un homme, elle le met à part… mais c’est une bonne non-mixité!
Woke 1 : Voilà ! C’est ça ! On ne peut pas les confondre…
Woke 2 : Y’a la mauvaise non-mixité: elle voit un homme, elle le met à part, c’est sûr… Alors là on la reconnaît à la ronde. Mais la bonne non-mixité: elle voit un homme, ben elle le met à part, mais… c’est une bonne non-mixité quoi ! Bon, d’toutes façons, c’est des questions à la con ça…

Il est devenu nécessaire, en ce xxie siècle exigeant, de repenser l’oncologie, autour de trois grandes directions, comme cela sera recommandé sous peu dans le British Woke Medical Journal : le
La revue Mizane a publié un entretien avec Haoues Seniguer intitulé « Le frérisme et ses réseaux, « un essai saturé de jugements de valeur » dans lequel elle entend
Le projet totalisant de l’inclusion ne viserait-il pas une forme de clôture ? On sait que la force de la pensée mythique tient notamment à sa clôture : les mythes se caractérisent