Quand l’Université américaine finance des projets de recherche en France

Très récemment, nous apprenions que l’Univesité de Chicago – décidément très impliquée dans le développement technique des Sciences Humaines en France pour son bien et son accès au progrès – a décidé de donner de l’argent aux Universitaires pour qu’ils organisent des projets dans de vraies et bonnes disciplines reconnues et valorisées par le reste du monde, qui est anglophone.

Le financement, qui n’est évidemment pas une propagande, est ciblé dans des domaines bien précis. Lesquels ? Vous êtes bien curieux. Eh bien: Le genre, la race et l’écologie.

Cet appel à projet obéit d’ailleurs à un calendrier très précis que le lecteur curieux trouvera sur le site de l’appel à financement:

On peut s’étonner à juste titre de la pratique néo-coloniale qui caractérise de plus en plus les rapports entre l’Université américaine et la française. Quand ce n’est pas Angela Davis qui signe dans le Nouvel Observateur une tribune pour nous expliquer comment nous devrions faire, c’est donc une Université lambda qui se prend à financer les thématiques … qui la conforte dans le sérieux de ses propres objets.

Gageons que tous nos collègues qui s’insurgent contre les politiques coloniales de tous bords ne manqueront pas de s’interroger sur ces pratiques de diplomatie culturelle qui heurtent le bon sens. A moins que nous ne découvrions bientôt que la France à son tour ne finance des études sur le droit continental et la laïcité aux USA ?

Après tout, la laïcité ne semblerait qu’une islamophobie honteuse, puisque Mme Rabier s’en prend longuement à Dominique Schnapper. Il est vrai que selon Rabier elle est « en tête » des « entrepreneurs
Jean-Claude Michéa me fait remarquer que le meurtre de la fonctionnaire de police de Rambouillet n'a pas été présenté par les médias comme un féminicide. C'est vrai. Ni dans ce
La récente affaire du Godot Groningue met en lumière une série d'éléments consternants sur le rapport de notre civilisation à la Littérature. Dans ce contexte particulièrement tendu de la cancel
Une mise en scène d' En attendant Godot aux Pays-Bas a pris une tournure beckettienne lorsque la salle a annulé les représentations parce que le metteur en scène irlandais n'avait