Au suivant!… Séminaire du LEGS: point de vue des « LGBTQI ukrainien•nes » sur une guerre « qui se fait au nom des valeurs traditionnelles » (CNRS)

La prochaine séance du séminaire du LEGS aura lieu le lundi 28 mars, de 16h30 à 19h00, en format hybride (salle 150 du Centre des colloques, Campus Condorcet, place du Front populaire, Métro Front populaire, ligne 12).

En lien avec l’inquiétante actualité, cette séance sera consacrée à l’agression de l’Ukraine par la Russie et à l’exil des LGBTQI ukrainien•nes, bélarusses et russes.

Nous aurons le plaisir d’écouter (sous réserve) Yuri, trans* demandeur d’asile ukrainien qui interviendra en distanciel sur son expérience personnelle, puis Viktoria Safontceva, co-présidente d’Urgence homophobie, qui relatera son travail avec les exilé·es ukrainien·nes, belarusses et russes. 

Louis-Georges Tin, chercheur associé au LEGS (SOAD), nous parlera (également sous réserve de confirmation) des Africain.es qui tentent aujourd’hui de quitter l’Ukraine.

Enfin, si le temps le permet, car il s’agit de donner d’abord la parole aux premier·es concerné·es, je présenterai un bref exposé très général qui tentera de remettre en perspective sur le temps long cette guerre qui se fait aussi au nom des « valeurs traditionnelles », manière d’ouvrir la discussion, car on retrouve cette question, sous d’autres formes, pour d’autres espaces qui vous sont souvent plus familiers. 

Après tout, la laïcité ne semblerait qu’une islamophobie honteuse, puisque Mme Rabier s’en prend longuement à Dominique Schnapper. Il est vrai que selon Rabier elle est « en tête » des « entrepreneurs
Jean-Claude Michéa me fait remarquer que le meurtre de la fonctionnaire de police de Rambouillet n'a pas été présenté par les médias comme un féminicide. C'est vrai. Ni dans ce
La récente affaire du Godot Groningue met en lumière une série d'éléments consternants sur le rapport de notre civilisation à la Littérature. Dans ce contexte particulièrement tendu de la cancel
Une mise en scène d' En attendant Godot aux Pays-Bas a pris une tournure beckettienne lorsque la salle a annulé les représentations parce que le metteur en scène irlandais n'avait