Au suivant!… Séminaire « Pandémie et (in)égalité » avec Jacques Rancière et Judith Butler (CNRS)

Sixième séance du séminaire du Cresppa : Pandémie et (in)égalité
Lundi 4 avril 2022 14h-16h30
Au Centre CNRS Pouchet, 59/61 rue Pouchet, Paris 17e
Traduction simultanée assurée (anglais/français)
Inscription obligatoire
Cette séance est organisée avec l’appui du projet international « Who cares ? Rebuilding care in a post pandemic world », Plateforme Transatlantique (T-AP)/Call RRR, en France avec l’appui de l’ANR (Agence National de la Recherche)

ARGUMENTAIRE SCIENTIFIQUE

Avec la pandémie et la globalisation du coronavirus l’affirmation selon laquelle le care
s’appliquerait seulement aux êtres dépendants apparaît dépourvue de sens : nous sommes tous
vulnérables, et la pandémie montre l’interdépendance entre les êtres humains. Les questions de
l’égalité par rapport aux inégalités de classe, raciales et de genre; de l’interdépendance, par
rapport au « principe d’indépendance » sont centrales. Judith Butler et Jacques Rancière
interrogent les notions de « pandémie » et d’« interdépendance », d’ « égalité » et d’« inégalité »
face au coronavirus. Judith Butler évoque la pandémie à la lumière de la phénoménologie des
sens, et la manière dont elle éclaire l’inégalité, l’interdépendance et les nouvelles violences du
monde. Elle met aussi en relation les vies précaires et la crise sanitaire actuelle. Jacques Rancière
analyse la façon dont la gestion de la pandémie confirme la logique du consensus qui est aussi
celle de la présupposition inégalitaire. Le confinement nous fait interroger le sens du travail au sein
d’un monde commun. Et une question finale : peut-on penser à l’après la pandémie?

INTERVENANT·E·S

Judith Butler
(philosophe, European Graduate School et Université de Californie à Berkeley)
et Jacques Rancière
(philosophe, European Graduate School et Université de Paris 8-Vincennes-St. Denis)

Après avoir imposé le mot « Homme », voilà qu’est imposé maintenant le mot « genre » pour dissoudre le mot femme dans des appellations prétendument inclusives. Voilà le texte d'une intervention faite il
Actualité et veille informative de l'actualité Woke, décoloniale et déconstructiviste dans la Recherche et le médias
Notre collègue Christian Godin nous autorise à rendre publique la lettre qu'il a envoyée à un élu écologiste - et à laquelle il n'a eu aucune réponse - suite à
Qu’il émane de France-Inter, de Sciences-Po, du Monde ou du Québec, ce galimatias d’incantations incohérentes et racoleuses, maquillé en progressisme, est une charge contre le bon sens. Il confirme cependant