« L’État français peut-il encore réaffirmer son modèle universaliste via l’École de la République? » (École de Guerre économique)

Le 14 décembre 2021 à l’Institut d’Etudes Politiques (IEP) de Grenoble un enseignant a été suspendu de ses fonctions pour « propos diffamatoires » et atteinte à la « discrétion professionnelle » pour avoir pointé du doigt les dérives wokes de certains de ses collègues. Le point de départ : une remise en cause de la scientificité du concept d’islamophobie dans le cadre d’un colloque sur l’égalité. Au lieu de susciter un débat raisonné et nuancé entre professionnels éclairés et académiquement compétents, deux camps s’affrontent parmi les enseignants, l’administration et les étudiants : les « offensés » criant au racisme (qualifiés de wokes), puis les autres. La polémique prend une ampleur nationale via les réseaux sociaux, notamment lorsque que le syndicat étudiant UNEF est allé jusqu’à accuser l’enseignant d’islamophobie, dans un contexte encore lourd de la décapitation de Samuel Paty du fait de cette même accusation. Retour sur la polémique et ce qu’elle nous révèle sur les conséquences de l’entrée du wokisme dans les établissements d’enseignement supérieur.

L’enseignement supérieur français, nouveau haut-lieu du wokisme par excellence ?

Lire la suite sur https://www.ege.fr/infoguerre/letat-francais-peut-il-encore-reaffirmer-son-modele-universaliste-lecole-de-la-republique

l n’est plus nécessaire de rappeler la perméabilité de pans entiers de la recherche académique aux théories elles-mêmes issues de la French Theory et du déconstructivisme à tout crin.  D’abord
Le wokisme prétend incarner la justice sociale et l'égalité des chances, mais ce n'est qu'une imposture dépourvue de fondement philosophique et de corpus théorique. Les jeunes qui s'identifient aux mouvements
Por lo tanto, es necesario prestar atención a todos los discursos antiprogresistas y combatirlos frontalmente, sin renunciar nunca al orgullo que supone el desarrollo del conocimiento compartido en beneficio de
L’orchestre de chambre de Paris (OCP) donnait le 4 mars dernier, à la Cité de la musique, un concert sur le thème suivant : « Inspirations folkloriques ». On s’étonne