fbpx

Carl Wittman, Un manifeste gay suivi de Contre chant masqué (éd. C. L. Maulpoix)

« Les gays doivent remplacer un style de vie qui dit : « À part ma sexualité, je suis comme le reste des Américains », par la fierté de leur sexualité et la compréhension du fait d’être méprisé comme point de départ pour identifier d’autres types d’oppression – la conscription, le travail, l’aliénation, la pauvreté, l’argent comme valeur supérieure aux personnes. »

Méconnu en France, le « Manifeste gay » de Carl Wittman est l’un des textes fondateurs du militantisme gay et queer états-unien, écrit juste avant les émeutes de Stonewall en 1969. Traduit pour la première fois en français, cette réflexion radicale sur l’essor des mouvements de libération sexuelle théorise la nécessité d’une alliance avec d’autres luttes sociales (droits civiques, féministes, pacifistes). Un peu plus d’un demi-siècle plus tard, l’auteur et militant Cy Lecerf Maulpoix revient sur l’importance stratégique de ce texte pour l’époque et en tire un « contre-chant », réflexion poétique sur son propre parcours pédé et les enjeux politiques qui le balisent.

Retour historique sur la notion de "panique morale", ses origines et son utilisation militante.
François Rastier critique Judith Butler pour ses positions sur le genre et son interprétation du terrorisme, la considérant comme apologiste du terrorisme islamiste.
Michel Messu analyse des privilèges à travers l'histoire, depuis la Révolution française jusqu'aux débats contemporains sur l'injustice sociale et l'idéologie wokiste.
Taguieff analyse l'antisionisme comme un nouveau visage de l'antiracisme, transformé en culte du Palestinien-victime et criminalisation du Juif-dominateur, alimenté par un imaginaire révolutionnaire et une alliance islamo-gauchiste, signifiant une lutte