fbpx

Pauvre petit blanc : Le mythe de la dépossession raciale

Depuis une dizaine d’années, un nombre considérable de Blancs pensent être les nouvelles victimes d’un « racisme anti-blanc », d’une « discrimination inversée », d’un « remplacement » et pour les plus extrémistes, d’un « génocide blanc ».

Ces discours, propres aux sympathisants d’un nationalisme ethno-racial, ont motivé l’élection de Donald Trump à la présidence des EU et menacent d’entériner sa réélection en novembre 2020.

Dans de très nombreux ouvrages, cette crispation communautariste blanche est souvent présentée comme une réaction politique à la mondialisation néolibérale et aux inégalités nouvelles qui en résultent, à l’immigration dite « massive » et surtout au développement d’une société multiculturelle en passe d’assurer un bouleversement démographique et culturel.

Pourtant, ces discours sur le « déclin » même relatif des Blancs américains ne résiste pas à l’étude des données disponibles sur l’inégalité réelle et les positions de pouvoir entre Noirs, Hispaniques et Blancs.

En réfléchissant à la construction historique d’une identité nationale ethno-raciale aux EU, Sylvie Laurent démonte le nouveau mythe du Blanc victime qui a déjà traversé l’Atlantique (Brexit, par exemple) et qui invisibilise des inégalités raciales pourtant toujours criantes.

Elle dévoile avec brio que ce discours est en réalité l’ultime tour de passe-passe de la domination blanche aux États-Unis, qui s’approprie la posture de l’opprimé pour préserver un ordre social chahuté par l’élection de Barack Obama et l’activisme des minorisés.

Retour historique sur la notion de "panique morale", ses origines et son utilisation militante.
François Rastier critique Judith Butler pour ses positions sur le genre et son interprétation du terrorisme, la considérant comme apologiste du terrorisme islamiste.
Michel Messu analyse des privilèges à travers l'histoire, depuis la Révolution française jusqu'aux débats contemporains sur l'injustice sociale et l'idéologie wokiste.
Taguieff analyse l'antisionisme comme un nouveau visage de l'antiracisme, transformé en culte du Palestinien-victime et criminalisation du Juif-dominateur, alimenté par un imaginaire révolutionnaire et une alliance islamo-gauchiste, signifiant une lutte