Press "Enter" to skip to content

Lettre d’information du 23 avril

Table des matières

Par Pascal PERRINEAU : La vision de l’islamo-gauchisme par les « autorités scientifiques » de Sciences Po: entre précipitation, ignorance et faiblesse du raisonnement

Le 18 février 2021, un étrange communiqué officiel de Sciences Po, à la signature des « autorités scientifiques » que sont la présidente du Conseil scientifique, le directeur scientifique, la présidente du conseil de l’Institut ainsi que les directrices et directeurs des unités de recherche et des départements de Sciences Po, était intitulé L’islamo-gauchisme : une enquête regrettable..

Dans ce texte de 22 lignes, les auteurs exprimaient leur « sidération face à l’annonce de la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation de vouloir diligenter une enquête sur les différents courants de “l’islamo-gauchisme” ». On peut partager ou non cette « sidération » ou encore considérer que ce type d’enquête n’était pas le moyen le plus opportun pour aborder cette question pourtant très importante comme l’a montré la triste affaire de Sciences Po Grenoble où des milieux gauchistes se sont déchaînés contre deux universitaires qui avaient commis le crime de lèse-majesté d’exercer leur capacité critique vis-à-vis de certaines dérives de l’Islam.

Lire en entier sur le site

Édito, par Xavier-L. Salvador

On l’a vu très récemment, à la modeste échelle de l’Observatoire, lorsque l’un d’entre nous fut attaqué dans les colonnes d’un fascicule d’extrême-droite pour son engagement de toujours pour la cause universaliste – dès lors qu’on prend le risque d’affirmer la suprématie de la majorité générale sur l’avis particulier, on s’expose à être attaqué de toutes parts. L’antisémitisme, la détestation de la République: tout s’y retrouvait joyeusement mêlé. Les mots n’étaient pourtant pas si différents de ceux qui, se prétendant sinistres, accusaient l’Observatoire de tous les maux au moment de sa naissance. 

Mais on voit aujourd’hui qui pratique la dénonciation par listes, qui attaque les publications en ligne, qui traite de « vieillards », qui manie l’insulte et la calomnie sur les réseaux, qui demande l’effacement des textes écrits en dévoyant les principes de neutralité de la littérature encyclopédique. Il faudrait à ces gens, qui n’ont pour seule excuse que leur inculture, tendre un miroir comme celui de Goya dans Las Viejas – un Qué tal ? de circonstances…

 [Lire la suite]



Propositions autour du principe républicain de laïcité par Charles Coutel

La transmission du principe de laïcité aux générations qui viennent est essentielle ; cette question difficile ne manquera pas d’être au centre des débats lors des États généraux de la laïcité, que souhaite organiser la puissance publique. Un grand travail préalable de clarification nous attend, car la complexité du mot laïcité atteste de notre grande et douloureuse mémoire : à l’étranger, on ne comprend pas bien notre attachement à l’idéal laïque. À nos amis étrangers, je réponds : « C’est que vous n’avez pas eu les guerres de religion. » Je leur dis aussi : « Vous n’avez pas eu la Révolution de 1789. » Je pense aussi : « Vous n’avez pas eu la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État. » Mais cette richesse du passé peut nous jouer des tours, si nous ne voyons pas sa complexité ; cette méconnaissance explique notre actuelle confusion et rend difficile la nécessaire réinstitution de ce principe de laïcité. [Lire la suite]


Réponse à François Héran, du Collège de France, au sujet de la libre expression par Rémi PelletHéran :  « La liberté d’expression tend aujourd’hui à étouffer ou absorber la liberté de croyance alors que, historiquement, ce sont des tours jumelles. » L’Observatoire : Évidemment, on ne voit pas trop comment une tour peut en étouffer ou en absorber une autre, mais même en admettant l’image, le processus réel est l’inverse de celui qui est dénoncé : ce sont les militants « intersectionnels » qui, au nom de leur liberté de croire que l’homme blanc est criminel, veulent le priver de sa liberté d’expression : pour preuve les multiples interventions de l’Unef et ses consorts qui ont empêché que se tiennent des manifestations culturelles et des débats politiques qui n’avaient pas l’heur de leur plaire.  La liste est malheureusement longue : « Blocage des « Suppliantes » : pour l’UNEF, « il existe un racisme institutionnel » ; « Lille : Des manifestants pénètrent dans la faculté de droit, la conférence de Hollande annulée » ; Blocage de la conférence de Sylviane Agacinski à l’université de Bordeaux , « Des militants «antiracistes» tentent d’empêcher une conférence de Finkielkraut à Sciences Po » etc. De plus, l’Unef condamne à la mort « sociale », et parfois met en danger leur vie, ceux qu’elle accuse d’ « islamophobie », comme ce fut le cas à Sciences Po Grenoble.Lire en entier
Annonce de publication: Extrémismes européens et mondes arabo-musulmans (Bernard Bruneteau et Yves Santamaria)
Les textes réunis dans cet ouvrage sont issus d’un colloque consacré aux rapprochements  stratégiques et aux convergences idéologiques entre extrémismes ouest-européens et monde arabo-musulman. Organisé à Grenoble les 29-30 septembre et 1er octobre 2011 par le Centre de recherches et d’histoire de l’Italie et des pays alpins (Grenoble-II) et l’Institut d’études politiques de Grenoble, il entendait apporter quelque profondeur de champ dans un débat trop souvent marqué par le déni ou, pour reprendre un terme démonétisé, l’amalgame. Le délai entre la tenue de cette manifestation académique et la publication des contributions peut apparaître comme déraisonnable et les auteurs sont conscients du fait que certaines tendances observables dix ans plus tôt peuvent se trouver infléchies par la force des choses. Nous avons néanmoins conservé la version originale tant il est vrai que, pour reprendre la formule de Jean-François Revel, « La lucidité rétrospective et le courage rétroactif sont l’une des formes de la connaissance inutile. »
Lire la Suite


Liaisons dangereuses: islamogauchisme, antisémitisme et antisionisme (1 ère partie) par Pierre-André Taguieff
Nous publions en deux parties la synthèse du dernier ouvrage de Pierre-André Taguieff Liaisons dangereuses : islamo-nazisme, islamo-gauchisme, islamo-décolonialisme que l’auteur nous a aimablement proposée. « Qu’est-ce que l’islamo-gauchisme ? Un ensemble d’alliances stratégiques et de convergences idéologiques entre des groupes d’extrême gauche et diverses mouvances islamistes.Qu’est-ce qu’un islamo-gauchiste ? C’est soit un militant d’extrême gauche qui s’allie avec des groupes islamistes au nom de certains causes supposées révolutionnaires (anticapitalisme, anti-impérialisme, antisionisme, etc.), soit un islamiste qui se rapproche de l’extrême gauche pour des raisons tactico-stratégiques, en épousant certains de ses thèmes mobilisateurs.
Dans les deux cas, l’antiracisme est invoqué. Tout islamo-gauchiste prétend lutter contre le racisme. Mais le « racisme » qu’il combat est avant tout le « racisme systémique », censé structurer les sociétés occidentales, dites encore « blanches ». Il s’ensuit que l’antiracisme des islamo-gauchistes se réduit au projet de détruire les sociétés occidentales accusées d’être intrinsèquement racistes. L’ennemi désigné est donc l’Occident et les sociétés occidentalisées. La « lutte contre le racisme » se transforme en lutte contre le « racisme systémique » ou contre toutes les discriminations dites « systémiques » (de race, de genre, de religion, etc.). 
[Lire la suite]
Pour se divertir


L’Allochtone de Camus, par Hubert Heckmann
Nous avons donc décidé de réécrire les grands classiques de la Littérature en écriture inclusive afin de pallier l’inefficacité des éditeurs réactionnaires qui n’osent pas franchir le pas. Bien décidés à en découdre pour la beauté du geste, nous allons remettre du point médian partout où les auteurs blancs hétéronormés cis-genrés et patriarcaux ont oublié de le faire pour libérer la littérature du carcan sordide où elle croupit depuis que la Sorbonne et autres comploteurs du même acabit ont tenté d’abuser de la grammaire – cet outil d’orthoshamage lamentable – pour produire des contenus réactionnaires. 
“Aujourd’hui, Parent 1 a bénéficié de son droit à la fin de vie. J’ai reçu un texto de l’ADMR, ou peut-être de l’ADMD, je ne sais pas: « Parent 1 DCD. Humusation demain. Cdt. » Cela ne veut pas dire grand-chose ni grande chose. C’était peut-être le hier ou la veille.”
[Lire la suite]

La Conditionandro·anthropocentrique d’André Mâlraux, par Hubert Heckmann
Jean-Robert* tenterait-iel de lever la moustiquaire, ce dispositif matérialisant l’instauration d’une frontière aussi incertaine que mouvante entre personnes humaines et personnes animales? 
[Lire la suite]

La métamorphos.e de Kafk.a, par Jean Szlamowicz
Un matin, au sortir d’un rêve agité, Grégoire Samsa s’éveilla transformé dans son lit en une véritable femme. Il était couché sur le dos, un dos à la douceur bienveillante évoquant une carapace de coton, et en levant un peu la tête, il s’aperçut qu’il n’avait plus cet affreux ventre bruni par une toison de poils patriarcaux, mais deux dômes nervurés qui tendaient la couverture. Les bras de Grégoire Samsa, pitoyablement minces pour son gros corps, papillonnaient devant ses yeux aux longs cils.
[Lire la suite]

A Lire ou relire

L’islamisation du sport, un point aveugle inquiétant (Initiative citoyenne contre l’islamisation du sport)
Un article de l’Initiative citoyenne contre l’islamisation du sport, qui dresse ce constat qui s’impose aujourd’hui parmi les chercheurs, mais aussi parmi quelques lanceurs d’alerte : le sport est l’une des cibles privilégiées de l’entrisme islamique et de la radicalisation islamiste qui ont depuis plusieurs années déjà gangréné les institutions et les pratiques sportives.L’ Islamisation du sport et l’idéologie portée par les stars du sport-business sont l’objet d’un grand déni de la part des institutions sportives. Face au noyautage du mouvement sportif, les membres de l’Initiative citoyenne contre l’islamisation du sport appellent à ne plus tolérer l’intolérable.[Lire L’islamisation du sport, un point aveugle inquiétant]



Non aux intimidations à l’Université ! (Sandra KOSTNER)
Voici le texte d’une interview de Sandra Kostner, fondatrice d’un réseau pour la liberté académique en Allemagne, par Cinzia Sciuto, publié le 17 mars 2021 dans MicroMega, et traduit par Emmanuelle Hénin :Auteurs censurés, thèmes tabous, revendications identitaires. Ces dernières années est apparu dans les universités un climat d’intimidations morales et idéologiques qui a de lourdes conséquences sur les étudiants et sur les chercheurs. Deux cents universitaires allemands ont fondé un Réseau pour promouvoir la liberté de la recherche et s’opposer à ces pressions.Plus de deux cents adhésions au Réseau pour la liberté de la recherche scientifique, fondé en Allemagne il y a quelques semaines à l’initiative de quelques chercheurs allemands. L’objectif est de dénoncer le climat d’intimidation qui opprime toujours davantage le monde académique et de promouvoir la liberté de la recherche scientifique. Nous évoquons cette initiative avec une des fondatrices du réseau, l’historienne Sandra Kostner, directrice du master « Interculturalité et intégration » à l’Institut Supérieur d’études pédagogiques de Schwäbisch Gmünd (Bade-Wurtemberg). [Lire la suite]
Quoi lire encore  ?

Pour s’amuser, on lira un dialogue socratique sur six nuances de pouces :Philodèmos — J’ai passé une belle après-midi à écouter le dernier podcast de Platon sur ma terrasse. Et toi, Poïkolos, qu’as-tu fait ?Poïkilos — Moi ? Je me suis promené sur la plage du Pirée, à peine troublé par le passage de quelques barques et barquettes de migrantes et de migrants qui étaient secourues et secourus, transies et transis, par les gardes côtes. J’ai voulu signaler la chose sur mon téléphone portable et comme j’avais bien bronzé sur la beach, j’ai changé la couleur de mon pouce en activant la fonctionnalité skin tone modifier. En quelques heures, mon pouce était passé de medium skin tone à medium-dark skin tone ! L’équivalent d’une séance d’UV for free ! [Lire la suite]Pour rendre justice à l’écriture inclusive, ce point de maîtrise qui consacre l’apogée d’une civilisation, nous ouvrons une série d’éditions de grands textes littéraires en écriture inclusive pour rendre justice à des auteurs qui le méritent. Cette quinzaine, nous nous sommes attaqués encore à Proust avec Longtemps, Je m’ai couché.e de bonne heure, mais aussi de bons heurts (car il faut respecter la parité en langue)

Les entretiens de l’Observatoire
La semaine dernière, François Rastier inaugurait les entretiens de l’Observatoire avec un stream vidéo sur La Race, un concept en Sciences sociales ? que l’on peut retrouver sur notre chaîne youtube.





“Comme disait Jaurès, La République n’est pas une gnose; ce n’est pas un dogme. C’est une méthode. » Notre site laisse entendre un discours de la méthode. Nous comptons sur vous et sur votre soutien dans les combats légitimes que nous portons. 
Les attaques contre Vincent T. à Sciences Po Grenoble sont alarmantes, et la voix que nous portons est faible. 

L’équipe de l’Observatoire du décolonialisme et des idéologies identitaires

One Comment

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.