Au suivant!… «Le corpus mouvant des pédagogies hip hop en France: pertinence culturelle et féminisme» (Université Côte d’Azur)

La prochaine séance du séminaire « Genre, médias, pouvoir » coordonné par Marie-Joseph Bertini et Laetitia Biscarrat, Lirces, Université Côte d’Azur, aura lieu mercredi 23 mars 2022 à 15h en comodal.
Nous aurons le plaisir d’accueillir Emilie Souyri, maîtresse de conférences en études états-uniennes, Lirces, Université Côte d’Azur, qui présentera une communication intitulée :« Le corpus mouvant des pédagogies hip hop en France: pertinence culturelle et féminisme  » 
Si l’histoire du rap français commence à être formalisée (Hammou 2012), la musique qu’écoutent les jeunes reste elle en constante évolution, à tel point que c’est désormais une majorité de femmes qui écoutent du rap (sondage yougov 2015). À rebours des stéréotypes sur ce style de musique, le corpus rap n’est ni plus ni moins sexiste que la pop, tout en étant stylistiquement bien plus ambitieux. Les ponts entre la culture hip hop et les canons culturels traditionnels ont d’ailleurs déjà été établis par les pédagogues états-uniens (Ladson-Billings 1995; Akom 2009) et français de différentes manières (Metis et Souyri à paraître). Mais comment les intervenant·es des ateliers écriture rap dans les écoles françaises mobilisent donc le rap comme support pédagogique notamment au sein de thématiques sur l’égalité hommes femmes, si ce corpus est toujours mouvant ?

Créé en 2014-2015 à l’initiative de Marie-Joseph Bertini, le séminaire « Genre, Médias, Pouvoir » a pour vocation de présenter des travaux de recherches croisant les études communicationnelles, notamment médiatiques, les études socio-politiques et la question du Genre. Cette dernière investit l’ensemble des pratiques sociales et symboliques et traverse tous les champs de recherche et domaines disciplinaires. Elle constitue une plateforme de dialogue entre les savoirs, mobilise des méthodologies croisées et ouvre par là-même sur une interdisciplinarité réelle et non postulée.

Pensez aux effets psychologiques possibles de ce tableau de Goya - qui ferait certainement perdre l'appétit à n'importe qui - dans lequel Saturne dévore goulûment ses propres enfants ? L'artiste
Comme l’a montré l’historien Pierre Vermeren, des images de calendriers musulmans montrant Mahomet circulent librement jusqu’au milieu du 20e siècle dans le Maghreb et  encore aujourd’hui dans les pays chiites,
Après avoir imposé le mot « Homme », voilà qu’est imposé maintenant le mot « genre » pour dissoudre le mot femme dans des appellations prétendument inclusives. Voilà le texte d'une intervention faite il
Actualité et veille informative de l'actualité Woke, décoloniale et déconstructiviste dans la Recherche et le médias