Au suivant!… «Les silences de l’histoire. Écrire l’histoire des compositrices, enjeux et questions» (Université de Fribourg)

Journée d’étude, Université de Fribourg (Suisse), jeudi 17 mars.

Le métier de compositeur se conjugue principalement au masculin. Pourtant, les femmes ont été nombreuses à composer, et ce bien avant le XXIe siècle. Longtemps tolérées aux marges de cet art, elles sont progressivement délégitimées lorsque la modernité, un ordre social résolument fondé sur des rapports de genre, s’affirme dès le tournant des XVIIIe-XIXe siècles. Alors que l’historiographie reconnaît le rôle des interprètes, principalement des chanteuses et des hôtesses de salons musicaux, les compositrices peinent à faire leur entrée dans l’histoire de la musique, à quelques exceptions près.

Tout en se penchant sur les mécanismes d’exclusion du canon musical, il est aussi fondamental de s’interroger sur la manière d’écrire l’histoire de ces compositrices sans perpétuer des catégories sexistes par le recours à la notion d’exceptionnalité.

La journée d’étude aura lieu à l’Université de Fribourg Suisse et sera suivi d’un concert dans lequel l’Orchestre de chambre fribourgeois interprétera des œuvres de Louise Farrenc, Alma Mahler et Grażyna Bacewicz.

Informations: https://www.unifr.ch/histcont/fr/actualites-et-evenements/evenements/?eventid=10971

Après tout, la laïcité ne semblerait qu’une islamophobie honteuse, puisque Mme Rabier s’en prend longuement à Dominique Schnapper. Il est vrai que selon Rabier elle est « en tête » des « entrepreneurs
Jean-Claude Michéa me fait remarquer que le meurtre de la fonctionnaire de police de Rambouillet n'a pas été présenté par les médias comme un féminicide. C'est vrai. Ni dans ce
La récente affaire du Godot Groningue met en lumière une série d'éléments consternants sur le rapport de notre civilisation à la Littérature. Dans ce contexte particulièrement tendu de la cancel
Une mise en scène d' En attendant Godot aux Pays-Bas a pris une tournure beckettienne lorsque la salle a annulé les représentations parce que le metteur en scène irlandais n'avait