Revue de presse

Revue de presse du 9 juin 2021

• « La conception du métier d’enseignant » par le PCF [https://www.pcf.fr/education_la_conception_du_m_tier_d_enseignant]

Or, de la maternelle à l’université, les ministres de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur ne cessent de mettre sous tutelle l’agir enseignant, de museler la parole des chercheurs, de mener une honteuse chasse aux sorcières. […] Les libertés académiques sont entravées avec une violence inégalée (accusations de séparatisme, de complicité terroriste qui abîme les personnes. La pensée n’est plus à l’ordre du jour et les menaces de sanctions disciplinaires sont là pour le rappeler. De la maternelle à l’université et dans des formes différentes, le message est clair : perdant toute souveraineté sur leur métier, empêchés d’exercer leurs droits de citoyens, les enseignants sont assignés à exécuter la politique ministérielle. À l’ordre du jour, l’assujettissement et la prolétarisation.

• « La culture du viol, ou comment le sexisme ordinaire favorise les agressions sexuelles », dans Le Journal toulousain [https://www.lejournaltoulousain.fr/le-dossier/culture-viol-comment-sexisme-ordinaire-favorise-agressions-sexuelles-121809/]

Laura Carpentier-Goffre, sociologue et fondatrice des Culottées du bocal nous explique en quoi certaines petites blagues au travail sont loin d’être anodines.

statistiquement, une femme est plus en sécurité de nuit dans un parking souterrain que chez elle, en pyjama pilou-pilou, avec un homme qu’elle connaît.

dans les société ou le père biologique n’exerce pas d’autorité parentale, par exemple, nous observons une décorrélation entre les rapports sexuels et le pouvoir. Pour l’enfant, l’homme qui a eu un rapport sexuel avec sa mère n’a aucune autorité. Le pénis perd alors sa dimension d’outil de domination et d’arme de guerre.

• « Premier portrait sur les femmes de la diversité sexuelle », dans Courrier Laval [https://courrierlaval.com/premier-portrait-sur-les-femmes-de-la-diversite-sexuelle/]

«L’enjeu de la santé mentale [des « femmes de la diversité sexuelle »] serait le reflet de l’hétéronormativité au sein de la société»

• « Homosexualité et transsexualité : des élèves de Verrières-en-Anjou se confient », dans Ouest-France [https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/verrieres-en-anjou-49480/classes-presse-homosexualite-et-transsexualite-des-eleves-de-verrieres-en-anjou-se-confient-f5b2849e-c53b-11eb-aec1-d3b57750ff4c]

Dans le cadre de l’opération « Classes presse », des 4e du collège Jeanne-d’Arc à Verrières-en-Anjou se sont mis dans la peau d’un journaliste et ont rédigé un article. Celui-ci proposé par deux collégiennes est consacré à un sujet touchant des élèves qu’ils connaissent et qui sont homosexuels ou transgenres. L’article a reçu un coup de cœur de la part du jury composé de représentants de l’Éducation nationale, de la Direction enseignement catholique de Maine-et-Loire, du Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information (Clemi) et du Courrier de l’Ouest.

• « La presse indienne voudrait renommer le Mont Everest ! », sur Altitude News [https://www.altitude.news/himalaya/2021/06/08/presse-indienne-voudrait-renommer-mont-everest/]

Protester contre l’appropriation culturelle avec une autre dose d’appropriation culturelle pourrait être une erreur himalayenne.

Après tout, la laïcité ne semblerait qu’une islamophobie honteuse, puisque Mme Rabier s’en prend longuement à Dominique Schnapper. Il est vrai que selon Rabier elle est « en tête » des « entrepreneurs
Jean-Claude Michéa me fait remarquer que le meurtre de la fonctionnaire de police de Rambouillet n'a pas été présenté par les médias comme un féminicide. C'est vrai. Ni dans ce
La récente affaire du Godot Groningue met en lumière une série d'éléments consternants sur le rapport de notre civilisation à la Littérature. Dans ce contexte particulièrement tendu de la cancel
Une mise en scène d' En attendant Godot aux Pays-Bas a pris une tournure beckettienne lorsque la salle a annulé les représentations parce que le metteur en scène irlandais n'avait