fbpx

The Who’s Woke 2024

Afin de mieux affronter les épreuves – pas forcément olympiques – qui ne manqueront pas de se présenter, et comme toute bonne troupe a besoin d’un comique, je vous propose un petit moment de féroce dérision (d’après une idée de dictionnaire irrespectueux due à Pierre-André Taguieff) :  the Who’s Woke 2024.

Judith Butler – Mégenre non apprivoisable. A donné un second souffle au négationnisme biologique de Lyssenko, et au négationnisme en général.

Marchande d’orviétans en tous genres et surtout du genre trouble. Principal produit dérivé : le sigle à sonnette LGBTQIA++++ (la queue s’agrandit d’une lettre à chaque mue). Conteste toute filiation, même littéraire, avec Rhett Butler ; ce dernier, bien que Sudiste à tendance anti-esclavagiste, ayant le grand tort d’être un mâle blanc, hétérosexuel et de culture judéo-chrétienne.

Se réjouit que, grâce à son action (pense-t-elle), les cours de récréations sont désormais totalement dégenrées en Afghanistan.

Claudine Gay – Racialiste contextuelle. A été propulsée à la présidence d’Harvard essentiellement au mérite mélanique. Dans le cadre de sa politique de victimisation subjective, a fièrement défendu les malheureux agresseurs pro-palestiniens de ses étudiants juifs privilégiés.

A imposé la démarche inclusive à tous les domaines de son Université et même à ses productions puisqu’elle y a inclus les travaux d’autres chercheurs. A juste oublié d’y inclure leurs références. A dû démissionner d’Harvard, victime de l’intolérable pression réactionnaire des tenants de la justice et de la vérité (deux gros mots).

Nul doute qu’elle saura rebondir, en Afrique du Sud, par exemple, où l’antisémitisme d’État a succédé à l’apartheid. Là-bas, pour ses puzzles littéraires, elle pourra puiser sans risques dans des ouvrages tels Les Protocoles des Sages de Sion, libres de droits. Mais pas de devoirs. 

Anne Hidalgo – Maire Supérieure. Régente Automobilophobe des Transports Parisiens. A transformé la capitale en gigantesque piste cyclable. Ainsi trottinettes et vélos électriques pourront écologiquement contribuer au pillage massif des lithium, cobalt et autres métaux rares.

Concernant l’aménagement urbain, il semble qu’à la suite d’une malencontreuse erreur, les entreprises de travaux publics n’ont eu à leur disposition que les plans de ville de Beyrouth.

Forte de sa politique énergétique verte, pour la prochaine élection présidentielle envisage d’aligner son score sur le taux de CO2 dans l’air. Soit 0,04%.

Jean-Luc Mélenchon – Moâ en Mao. Lider minimo projetant pour la France le miracle démocratique et économique du Venezuela. Régisseur du théâtre de marionnettes de la Nupes.

Se veut l’hologramme de Jaurès mais vire à l’ectoplasme de Doriot. De Jaurès, habitué du Café du Croissant, n’a gardé que le goût du croissant.

Pap Ndiaye – Vitrine postcoloniale pas très magique. Neutre urbi et woke orbi. Sa bulle pas-de-vaguiste a reçu l’onction du concile syndical. Desservi toutefois par sa myopie qui lui fait confondre une abaya avec une robe du soir.

En remerciement de sa remarquable performance à l’Education, a été nommé ambassadeur au Wokistan (i.e. Conseil de l’Europe), paradisiaque contrée où le hijab est en promotion, où le lexique est inclusif et où l’on se déconstruit entre deux cocktails avec ou sans bulles. Enfin, comme à l’école (laquelle ?), on peut y être soi et surtout entre-soi : des bobos au pays de oui-oui.

Eric Piolle – Khmaire vert. Imprésario des intermiteux du spectacle. A subventionné une pièce de théâtre montrant comment vivre joyeusement à Grenoble auprès d’un point de deal. Et ce n’est pas un poisson d’avril.  Partisan de la liaison Lyon-Turin à vélo, sans tunnel. N’ouvre jamais son téléphone portable dans un ascenseur de peur d’y voir un film porno. C’est sans doute cette pudibonderie qui l’a poussé à promouvoir le burkini dans les piscines municipales.

Edwy Plenel – Homme d’oppresse. Trotskiste frustré, il arbore en signe de contrition une moustache stalinienne.

Admirateur de la Terreur, après le massacre des athlètes israéliens à Munich, il a courageusement écrit sous le pseudonyme de Josef Krasny qu’« aucun révolutionnaire ne peut se désolidariser de Septembre Noir ». Il est sans conteste l’héritier cérébelleux de Fouquier-Tinville.

Représentant exemplaire du concept d’objectivité hémilatérale, il considère que tout ce qui n’est pas à sa gauche est d’extrême-droite (soit 99,9 % des Français). Grand pourfendeur du capitalisme, il a revendu en 2019 ses parts de Médiapart* pour la modique somme de 2,9 millions d’euros.

*dont l’anagramme est Merda Tipa.

Sandrine Rousseau – Déconstructionniste compulsive. Œuvres principales : «La Grammaire pour les Nupes » (en écriture inclusive et encre inlédébile), « L’Ecologie pour les Dupes » et « Le Néoféminisme pour les Nul.le.s ».

On y trouvera une intéressante « échelle de Richter de la violence faite aux femmes» où plus le violeur est racisé, moins la parole des victimes doit être prise en compte. Les Iraniennes-survivantes- ont particulièrement apprécié sa notion du voile à géographie variable, qui devient symbole de liberté lorsqu’il est porté en France.

Greta Thunberg – Verte et pas mûre. Petite marionnette suédoise sachant réciter le bréviaire du GIEC à l’endroit, à l’envers et en espéranto. Exhorte les jeunes à développer leur instruction en faisant la grève des cours.

Dans sa croisade escrologiste semble toutefois confondre la culture de l’humus et le culte du hamas.

Images: Frédéric Pierron

Claudio Rubiliani

Biologiste, membre de l’Observatoire de la petite sirène.