fbpx

Catégorie : Les éditos

Islamogauchisme
Pierre Vermeren

Le progressisme dévoyé

La décision prise par le Ministre de l’Éducation nationale de ranger l’abaya au magasin des « signes religieux ostensibles » est une réponse à l’armée des prédicateurs islamistes auto-proclamés, qui expliquaient aux jeunes filles musulmanes sur Tik Tok comment obéir à Allah en détournant la loi scolaire de 2004. Il est hypocrite dans ces conditions de soutenir qu’il ne s’agit pas d’un vêtement religieux.

Lire »
international
Jacques Robert

Contradictions

Nous avons appris récemment le suicide d’un directeur d’école canadien qui avait suivi une « formation » organisée par une furie de l’antiracisme de type woke, qui l’avait traité avec insistance de « suprémaciste blanc » devant tous les stagiaires – alors que c’était un militant de l’antiracisme – et l’avait dénoncé aux autorités académiques, ce qui avait entraîné son licenciement.

Lire »
Décolonialisme
Cyrille Godonou

Les émeutes

Les émeutes en France de l’été 2023 ont relancé le débat sur le rôle de la famille, et en particulier celui des pères et des familles dites monoparentales, dans l’éducation et la structuration de la jeunesse. Certains, telle Chantal Delsol, déplorent la dévaluation du rôle des pères, en soulignant que les enfants issus des familles dites monoparentales seraient davantage concernés par des déviances. D’autres au contraire, tel Laurent Mucchielli, considèrent qu’il s’agit là d’un mythe car la corrélation ne serait pas une causalité pour peu qu’on prenne en compte plusieurs variables.

Lire »
Islamogauchisme
Vincent Tournier

Et pendant ce temps, à la Grande mosquée de Paris.

Alors que la deuxième saison des émeutes urbaines bat son plein, qu’en disent les institutions musulmanes ? D’aucuns martèleront que ce n’est pas le sujet. Sans doute, mais il faut tout de même être de mauvaise foi pour ne pas voir

Lire »
intersectionnalité
Fred. Pierron

Les Hijabeuses n’ont pas gagné

Depuis plus d’un an, le collectif des Hijabeuses attaque la Fédération Françaises de Football pour obtenir le droit de porter le hijab lors de compétitions. La FFF s’y est refusée. Les Hijabeuses ont porté l’affaire devant le Conseil d’Etat. En Vain ?

Lire »
intersectionnalité
Vincent Tournier

Islamisme, harcèlement scolaire, éco-sexualité : un bug généralisé ?

Les auditions du Sénat sur l’affaire du « fonds Marianne » sont en cours, et toute la lumière reste encore à faire, mais un point invite d’ores et déjà à s’interroger : comment le gouvernement a-t-il pu penser, après l’assassinat de Samuel Paty, que la lutte contre la radicalisation islamiste pouvait se contenter de distribuer quelques millions d’euros à des associations, a fortiori sans contrôler leur utilisation ?

La sortie du livre de Florence Bergeaud-Blackler sur les Frères musulmans ajoute une touche supplémentaire à cette inquiétude.

Lire »
Les éditos
Xavier-Laurent Salvador

Quid opus CIPDR ?

Il ressort de toute évidence que l’aventure entre le CIPDR et M. Sifaoui est avant tout un drame pour les acteurs concernés. Sans doute la proposition ambitieuse de l’association méritait-elle d’être analysée avec un peu plus d’intelligence qu’elle ne l’a été par une administration en dessous de tout. La réduction de toutes les ambitions du projet suffit à elle-seule à expliquer comment la République aujourd’hui en arrive à dégoûter tous ceux qui veulent se dévouer à son service.

Et le plus étonnant dans tout ça reste le rôle joué par un organisme administratif: le CIPDR. Quid opus, si pour lui donner un contenu il faut aller chercher une quelconque association où recruter des gens compétents pour faire le travail à sa place ?

Lire »
Décolonialisme
Nathalie Heinich

Nathalie Heinich, réponse à Libération

Le 12 mai paraissait dans Libération un billet de Simon Blin intitulé « L’anti-ʺwokismeʺ, inépuisable filon éditorial », consacré à mon livre Le Wokisme serait-il un totalitarisme ? récemment publié chez Albin Michel. Voici ma réponse, publiée dans le quotidien le 19 mai sous le titre « Pour un anti-wokisme de gauche ».

Lire »
Les éditos
Vincent Tournier

Nos étudiants en quête de sens ?

Au début, la question a commencé à se poser de manière discrète. Chacun y allait de ses petites anecdotes. On en riait entre deux cours, à l’occasion d’un café. Et puis on passait rapidement à autre chose parce que, quand même, il ne faut pas passer pour réac.

Lire »
Les éditos
Nathalie Heinich

Laïcité(s) ?

A la suite de la tribune de Xavier-Laurent Salvador consacrée à la « caporalisation » du Conseil des sages de la laïcité dans Le Figaro du 19 avril (voir sur notre site : https://decolonialisme.fr/la-caporalisation-du-conseil-des-sages/), le journal a publié une réponse du politiste Alain Policar (https://www.lefigaro.fr/vox/societe/alain-policar-sur-la-laicite-oui-je-m-inquiete-qu-on-puisse-faire-d-un-principe-juridique-une-valeur-identitaire-20230421), dont la récente nomination au sein de ce conseil a fait quelques vagues en raison de ses positions plus qu’ambiguës en matière d’universalisme et de laïcité. 

Dans sa réponse, Policar ne fait que reprendre l’argumentaire depuis longtemps rodé par les partisans d’une laïcité « ouverte », telle que défendue notamment dans le défunt Observatoire de la laïcité : il faudrait défendre un principe de tolérance, corrélatif d’une intervention minimale de l’État en matière de laïcité, à savoir la simple « abstention » de toute position religieuse plutôt que la défense active de l’émancipation par la liberté de conscience. Or une telle position a le défaut de relever d’un affrontement entre principes abstraits, occultant le fait qu’en l’état actuel des choses les principes se heurtent à des pratiques : en l’occurrence une tentative d’imposition d’une conception fondamentaliste de la religion, attentatoire tant à l’égalité qu’à la liberté de conscience et à la fraternité.

Lire »